Le mardi 20 juillet 2021 marque la journée de célébration de “l’Aïd el-Kebir”, plus connue sous le nom de Tabaski dans les pays de l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique Centrale qui, lesquels ont une importante communauté musulmane. Il s’agi un évènement majeur pour les musulmans du monde. Voici quelques faits qui meublent cette célébration au Cameroun.

Au-delà du rituel allant du sacrifice d’un bélier ou autre animal recommandé par l’Islam pour honorer l’événement après la prière des deux Rakkats, la Tabaski est une occasion de grandes retrouvailles familiales pour la communauté Musulmane. Avant l’arrivée de la Covid-19 cette célébration se matérialisait aussi à travers une parade en mode boubou traditionnel pour plus d’aisance. La date de célébration est déterminée suivant l’apparition du nouveau croissant lunaire et le jour de la station de Arafat pour les pèlerinages à la Mecque.

Préparatifs religieux

La communauté musulmane du Cameroun est dans le mois du “Dhul Hijja” du calendrier lunaire. La Commission Nationale du Croissant Lunaire (CNCL), a calée la date de la célébration pour le 20 juillet de cette année, dans la mesure où la fête du sacrifice est initialement prévue pour le 11e jour de ce mois sacré.

Pour les 10 premiers jours de ce mois, les fidèles devront multiplier la prière et les bonnes actions. Le rappel d’Allah, les contacts avec la famille, les aumônes, recommander le bien et interdire le mal sont autant de belles actions qu’ils devront mettre en œuvre pour que le sacrifice soit pris en compte.

Pour les fidèles disposant d’assez de moyens financiers, ils pourront accomplir durant cette période l’un des piliers de l’Islam qui est le pèlerinage à la Mecque.

Préparatifs culturels

Au moment où les hommes et chefs de familles se soucient des moutons, les femmes, à quelques jours de la célébration, sont préoccupées par la mise en beauté notamment l’habillement des tous petits. Contrairement à l’année dernière, où la pandémie à covid-19 a paralysée tous secteurs d’activités possible, les tailleurs ne se plaignent pas en ce qui concerne les commandes de vêtements. Si bien que les commandes sont restreintes pour ces quelques jours avant le jour j.

Le Bazin riche, le Brodé sont des tissus particulièrement prisés pour cette Tabaski. Les clients optent pour des boubous, robes, ensembles et trois pièces qui sont à la demande cette année pour les enfants.

En attendant le jour j, la communauté musulmane du Cameroun multiplie les bonnes actions afin de présenter le sacrifice en bonne et d’une forme.

Par Johanne Annick NAWELE MBEZA

Share: