Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Le Président de la FECAFOOT a réagi, ce lundi 25 avril 2022, aux propos polémiques tenus par le sélectionneur algérien, Djamel Belmadi, à propos de l’arbitrage du match de barrage perdu contre le Cameroun. Le technicien a, notamment, sous-entendu que le Cameroun aurait acheté l’arbitre Bakary Gassama. Tout en dénonçant ces « allégations diffamatoires », Samuel Eto’o a prévenu, que la Fecafoot pourrait saisir la Commission d’Ethique de la FIFA.

Les propos au vitriol de Djamel Belmadi continuent de faire des gorges chaudes. Notamment, Samuel Eto’o, qui a réagi fermement dans un communiqué rendu public lundi. En effet, par la voix de son président, « la Fédération camerounaise de football fait part de sa vive préoccupation à la suite des propos tenus le 24 avril 2022 par Monsieur Djamel Belmadi, l’entraîneur-sélectionneur des Fennecs d’Algérie, comme suite au match comptant pour les barrages Zone Afrique de la Coupe du monde Qatar 2022 ».

Dénonçant des « allégations diffamatoires », Samuel Eto’o aprévenu qu’il pourrait porter l’affaire devant la Commission d’Ethique de la FIFA, « dans les prochains jours ». L’ancien international a, par ailleurs, invité les dirigeants de la fédération algérienne de football à « user des voies légales » pour faire entendre leurs protestations, plutôt que d’alimenter la polémique par des propos inconvenants.

Bakary Gassama, pris à parti par Belmadi

La veille, une interview de Djamel Belmadi était diffusée sur la chaîne officielle de la fédération algérienne, FAF TV. Un entretien au cours duquel le sélectionneur des Fennecs s’est montré critique vis-à-vis de l’arbitre du match de barrage retour entre son pays et le Cameroun, et qualificatif pour le Mondial 2022. Il a notamment sous-entendu une conspiration impliquant l’arbitre gambien et des dirigeants pour éliminer l’Algérie.

« Plus jamais de la vie on laissera deux trois personnes conspirer contre notre pays. On ne verra plus jamais un arbitre comme ça mettre à mal un pays », a tempêté Belmadi. « Je suis obligé de dire que je n’ai pas aimé du tout au lendemain du départ de cet arbitre, à l’aéroport d’Alger, le voir confortablement assis dans les salons à boire un café avec un millefeuille », a-t-il poursuivi.

Des propos à la limite de l’appel à la haine, que le champion d’Afrique 2019 a tenté d’édulcorer. « Je dis pas qu’on doit le tuer », mais « il a enlevé l’espoir de tour un peuple et on le laisse comme ça…». L’arbitre gambien appréciera…

Share:

Avatar

editor