Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Accusés de vandalisme sur institution publique, Calibri Calibro et compagnie écope d’une peine allant de 3 à 4 mois de prison avec sursis, outre des amendes financières.

Le procès a eu lieu le lundi 5 juillet 2021. Le commandant de la Brigade anti-sardinard (BAS), a été reconnu coupable par le tribunal de Paris, relative à l’affaire du “saccage de l’ambassade du Cameroun en France” le 26 janvier 2020. Ses compagnons, Robert Wanto dit “général Wanto” et Nelson Azonsop Tchetchago s’en tirent respectivement avec 3 et 4 mois de détention. Une amende à la somme fixe de 127 euros chacun, plus 4500 euros de dommages et intérêts collectifs s’ajoute à la sentence prononcée à l’issue de l’audience.

Ce verdict rendu par le tribunal de Paris, est considéré comme une victoire de plus par les membres de la résistance Camerounaise de France qui avaient été assignés en justice par l’ambassade du Cameroun à Paris. En effet, le juge français à sanctionné leur responsabilité individuelle sans valider le lien avec l’opposition Camerounaise. Ainsi, les activistes n’ont pas été condamnés à des peines privatives de liberté comme recommandé par l’État Camerounais, en précisant que ces différentes peines ne seront en aucun cas mentionnés sur le casier judiciaire de ces derniers.

Faits accusateurs

Rappelons qu’une cinquantaine de manifestants qui se présentaient comme des opposants au Président de la République du Cameroun Paul BIYA, ont envahi le 26 janvier 2020 l’ambassade du Cameroun en France. À leur passage, ils ont détruit des portraits du chef de l’État et autres objets de valeur.

La scène est diffusée en direct sur la page Facebook officielle du mouvement d’opposition où l’on voit ces derniers pénétré dans les locaux de l’ambassade fermée le samedi, aux environs de 19h00. Par la suite, ils ont été évacués par les forces de l’ordre deux heures plus tard.

Par Johanne Annick NAWELE MBEZA

Share: