C’est ce que révèle une correspondance du Ministre du Commerce datant du 06 juillet 2020, adressée au Président du Groupement des Importateurs de Riz du Cameroun.

Le Cameroun est le plus grand fournisseur de produits vivriers d’Afrique Centrale, mais il doit encore importer annuellement d’énormes quantités de riz pour satisfaire la demande nationale. La production nationale de riz est estimée à 105.000 tonnes par an. La demande nationale atteint la barre de 407.000 tonnes.

Le Cameroun dépense plus de 150 milliards FCFA chaque année, selon une étude de l’ACDIC, pour importer du riz qui est ensuite proposé aux commerçants et consommateurs qui, le plus souvent, n’ont pas accès au riz local. Le riz importé est bien meilleur marché. Il est donc préféré par les commerçants, qui en tirent une meilleure marge bénéficiaire.

La grande partie de la production nationale de riz provient des périmètres irrigués du Nord-Ouest et de l’Extrême Nord. Ces périmètres sont éloignés des grands centres de consommation (Yaoundé et Douala). La riziculture occupe quelques 14000 exploitants dont la production est en grande partie absorbée par les pays voisins (Nigeria, Tchad, RCA).

Dans la région de l’Extrême Nord qui produit environ les 2/3 du riz du pays, on estime à 180000 le nombre de personnes vivant directement des activités rizicoles dont 27000 ménages et 3000 autres acteurs (ouvriers agricoles, commerçants, détaillants, transporteurs, décortiqueuses, fournisseurs d’intrants, vendeurs d’emballage, etc)

Share:

Avatar

author

10 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.