Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Dans ce quartier situé dans l’arrondissement de Yaoundé IV, des excréments coulent sur la route, exposant les riverains au choléra.

C’est une bonne partie de la route qui est impraticable au lieudit “Biyem-assi-lac”, à quelques mètres du marché Acassia à Yaoundé. À l’origine, une conduite souterraine d’évacuation des eaux et excréments bouchée et dont l’ouverture extérieure déverse leur contenu sur la route. Les déchets rejetés par ces égouts sont aspergés sur les passants au passage d’un véhicule.

Tout autour, les populations mènent leur activité, faisant fi des odeurs. Juste en face de la fosse, Aurélien, responsable d’un café, s’occupe de ses clients tout en recouvrant autant que possible la nourriture qui y est servie. « On va faire comment ? On essaie juste de couvrir la nourriture parce que c’est grave ! Ça nous indispose », affirme-t-il. Plus bas, ces eaux coulent paisiblement devant un restaurant avant de se déverser dans la rivière où les laveurs de voiture recueil de l’eau pour travailler. « C’est là depuis. On vit avec. J’entrais souvent dans cette fosse pour vider. C’est vraiment grave et le cache nez ne sert à rien. Très souvent les voitures circulent sur un côté et ça créent des accidents au cours desquels les gens sont projetés dans les sels ». Confie Serge ONGONO, habitant du quartier.

Une situation qui peut causer de nombreuses maladies

Ce que la plupart de ces populations ignorent jusqu’ici, c’est qu’en dehors des irritations cutanées, elles sont exposées à d’autres maladies plus graves. Au moment où le Cameroun est en état d’alerte en ce qui concerne l’épidémie de choléra, ajoutée à cela la fièvre typhoïde qui fait des ravages, les spécialistes de santé présentent les risques auxquels ces populations s’exposent. « Sur le plan sanitaire, ces populations sont exposées aux maladies hydriques et aux maladies du péril fécal. On peut citer L’hépatite A est une maladie à transmission fécale. Idem pour le choléra. Les aliments n’ont pas besoin de toucher ces produits de défécation pour être souillés. Il suffit qu’une mouche se pose sur ces matières fécales et va également se poser sur ces produits ». Affirme le Dr Tony NNANE.

Le choléra, qui est une infection diarrhéique aiguë provoquée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminés par le bacille Vibrio cholerae, est annoncé au Cameroun et à Yaoundé depuis le 1er novembre 2021. En date du 7 novembre 2021, le pays compte une vingtaine de cas avec 4 décès. D’après le Dr.Linda Esso, sous-directrice de la lutte contre les épidémies et les pandémies au ministère de la santé publique, en septembre 2020, 1 550 cas de choléra ont été recensés et 69 personnes en sont mortes.

Infections au Vibrio Cholerae

Un chiffre légèrement supérieur aux 66 décès enregistrés sur la même période en 2019. De plus, le nombre de cas de choléra notifiés à l’OMS est resté élevé au cours des dernières années. En 2019, 923 037 cas et 1911 décès ont été notifiés dans 31 pays.  Les excréments qui coulent sur la route au quartier Biyem-Massi Lac dans l’arrondissement de Yaoundé IV exposent les populations de ce quartier et des quartiers environ à des infections au Vibrio Cholerae. Des infections qui peuvent conduire à une contamination à l’échelle régionale voire nationale avec de nombreux décès, si rien n’est fait à temps.

Par Kevine NGOMWO

Share: