Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Les Chefs Supérieurs des cantons du Wouri ont demandé, lundi 07 mars 2022, « des mesures d’accompagnement social », en faveur des occupants illégaux du domaine portuaire, en cours d’expulsion dans la zone d’Essengue, dans le 1er arrondissement de la ville.

Le Port Autonome de Douala (PAD) poursuit, depuis le 05 mars 2022, des opérations de déguerpissement des occupants illégaux de son domaine. Le PAD y projette la construction de voies de contournement et de dessertes, en vue de désengorger la place portuaire. 

Lundi, 07 mars, des Chefs Supérieurs des cantons du Wouri ont appelé le PAD à « assortir les opérations en cours de mesures d’accompagnement social en faveur des occupants illégaux ». Indiquant qu’« il est hautement opportun de mettre sur pied des procédures de facilitation d’accès audit accompagnement ».

Appels au calme

En outre, les autorités traditionnelles ont appelé « solennellement » les habitants de la zone dite Essengue, occupant illégalement l’espace portuaire, à collaborer avec le PAD. Les populations riveraines sont ainsi invitées à « s’abstenir de tout acte de violence ou désordre susceptible de porter atteinte à la paix et au calme ».

Les Chefs Supérieurs du Wouri sont conscients que le déguerpissement de ces populations crée un malaise social dans le Canton Bell. Environ 18.000 habitants du lieu-dit Essengue seraient concernés par les opérations de déguerpissement. Les destructions entamées le 05 mars dernier, ayant plongé plusieurs ménages dans le désarroi, selon des témoignages de riverains.

Cadre de dialogue et concertation

Dans leur déclaration, les chefs Sawa ont salué « l’esprit de dialogue et de concertation qui a animé l’équipe dirigeantes du Port Autonome de Douala ». Un Groupe de Travail Interministériel ad hoc chargé de la délimitation du domaine public PAD avait, en effet, été mis en place, par le Chef du Gouvernement.

Les travaux, associant autorités traditionnelles et représentants des riverains, entre le 08 et le 12 février 2021, avaient constaté les droits de propriété du PAD sur le domaine querellé. Prescrivant « le déguerpissement des occupants illégaux installés à Essengue».

Depuis, le D.G du PAD, Cyrus Ngo’o a multiplié les communiqués pour inviter les riverains à libérer les emprises sur le domaine portuaire. Des appels qui ont tardé à être suivis par les habitants. Selon des informations concordantes, une partie des occupants a rejeté les offres d’indemnisations, réclamant qu’elles soient revues à la hausse.

Pour rappel, les travaux en cours sur ces espaces visent à fluidifier la circulation, à travers la construction de voies de contournement et dessertes. Mais également de favoriser la création d’une zone industrielle, selon le PAD.

Share:

Avatar

editor