Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

La chanteuse a récemment révélé dans une conversation avec un animateur radio qu’elle faisait l’objet d’un chantage avec une s*xtape d’elle et de son petit ami. En effet, un maître chanteur lui demande de l’argent afin de ne pas la diffuser.

La star de la musique afrobeat nigériane Tiwa Savage a déclaré la semaine dernière être victime d’un chantage de la part d’inconnus qui lui exigeaient de l’argent sous peine de diffuser sur la toile une sextape d’elle et son petit ami.

Elle explique dans son interview, être dévastée par l’incident mais n’a pas l’intention de verser de l’argent au maître chanteur. Ne voyant rien venir, les malfrats ont mis leur menace à exécution le lundi 18 octobre 2021. Au moment où la vidéo passe en boucle sur les réseaux sociaux, la chanteuse a réagi sur le sujet ; elle n’a pas usé de subterfuge pour se couvrir, ” c’est une vidéo très courte, mais c’est moi” a-t-elle avoué.

Son erreur

La chanteuse a également révélé lors de son interview avec American OAP, Angie Martinez de Power 105.1, que la vidéo avait été accidentellement publiée sur Snapchat par son amant qui l’a supprimée immédiatement lorsqu’il s’est rendu compte de son erreur. “Ce n’est pas quelqu’un qui travaille en étroite collaboration avec moi. Ce qui s’est passé, c’est que la personne était sur Snapchat et l’a postée par accident, mais il l’a rapidement supprimée dès qu’il s’en est rendu compte.” Hélas, quelqu’un a eu le temps de la télécharger.

Tiwa Savage n’est pas particulièrement abattue et banalise presque ladite vidéo qui ne serait pas, selon elle une sextape. “Je ne vais pas appeler ça une sextape mais c’est une cassette entre moi et la personne avec qui je sors en ce moment“.

parler avec son fils

La musicienne a ajouté qu’elle s’inquiétait de la façon dont la vidéo affecterait sa mère et son jeune fils. Selon elle, elle n’a pas d’autre choix que d’en parler à son fils pour le préparer à d’éventuelles attaques. On retiendra de cette odieuse affaire que les maitres chanteurs n’auront finalement rien obtenu.

Par Johanne Annick MBEZA

Share: