Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

L’année tire vers sa fin et plusieurs commerçants de la ville de Yaoundé ont des stratagèmes pour contourner le payement de la patente, qui est un impôt annuel perçu au profit des collectivités locales. Votre média cameroun-online est allé à la rencontre de quelques-uns.

C’est bientôt la fin d’année et les commerçants doivent régler leur impôt annuel auprès des communautés urbaines. Cependant, plusieurs d’entre eux émettent des raisons selon lesquelles, l’année ne s’est pas bien déroulée, les fournisseurs ont augmenté les prix, la pandémie de coronavirus a chassé les gros clients…Et il faut être malin pour s’en sortir.

Benoît, propriétaire de parfumerie au marché Odza donne plus de détails sur son cas : « Je réussis à joindre les deux bouts grâce à la relation que j’ai avec mon bailleur. Il est handicapé et puisque la boutique est en son nom, j’envoie toujours les agents de la mairie à sa rencontre. Grâce à son état, je parviens parfois à contourner le payement total ou partiel des impôts », raconte-t-il.  

La patente est un impôt qui doit se payer au plus tard le 28 février de chaque année. Sa contribution est établie en fonction du chiffre d’affaires de l’année précédente de chaque entreprise. Toutefois, certains commerçant estiment que cet aspect n’est toujours pas pris en compte, et que les enveloppes demandées ne sont pas proportionnelles à ce qu’ils gagnent. Jules, détenteur de comptoir dans le même marché depuis plus de 10 ans, a opté pour le commerce ambulant dans l’objectif de barrer la route au payement des impôts. « Durant les années antérieures, la marie me demandait de payer entre 100 000 et 200 000 fcfa pour ma petite boutique de bijoux. J’étais obligé de verser ce que j’ai pu épargner durant l’année et c’était retour à la case départ. J’ai décidé de vendre dans le pousse-pousse pour survivre. Je n’ai plus d’emplacement fixe, donc bye bye aux impôts. »

Même si certains commerçant réussissent à dribler les agents de mairie, il est important de rappeler que tout contribuable qui ne s’est pas acquitté de sa patente dans les délais, est passible de la pénalité de 10 % par mois de retard avec un maximum de 30 %.

 Par Ariane D’avila EKOTO, stagiaire

Share: