Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Le groupe musical dénommé les Kankan boys accuse Happy de plagiat, et revendique avec insistance la paternité du concept Tchapeu Tchapeu.

Qui est le véritable créateur du Concept Tchapeu Tchapeu, le nouvel hymne qui fait le buzz au Cameroun depuis plus d’une semaine ? Pour l’instant, prendre parti serait peut-être de donner les points à la mauvaise personne. Toutefois, les faits et les témoignages recueillis çà et là permettront d’y voir plus clair. C’est du moins grâce au son audio de Happy d’Effoulan, paru le 28 Novembre 2020 sur YouTube que les camerounais ont adopté les pleures du Mbolè (Tchapeu Tchapeu). « Et je rappelle que si ça n’avait pas été là vidéo flou de happy à une veillée ça allait passer très inaperçu », affirme un fan.

 Les grandes figures artistes et plusieurs influenceurs, ont soutenus le concept en participant au challenge Tchapeu Tchapeu. Ce fut un véritable coup de pouce pour la star. Quelques jours plus tard les Kankan boys qui seraient très proche de Happy, ont crié sur plusieurs plateformes que leur concept a été plagié. Le 2 décembre, ils ont décidé de publier leur clip sur plusieurs plateformes de music. Il faut néanmoins avouer qu’il y’a une considérable similitude en ce qui concerne le rythme, la gamme et même les paroles.  

Toutefois Happy n’a pas baissé les bras en publiant son clip officiel un jour après celui des Kankan boys. En moins de 24 heure, plus de 100 000 vues, et un peu moins pour les autres. Les sources affirment que Happy faisait partie du concept mais surement quelque chose n’a pas marché dans l’équipe, raison pour laquelle il s’est lancé seul. « Je connais bien ces gens tous sont d’éfoulan et c’est la ’où se trouve la vérité pour ma part moi je sais que happy était danseur dans les Kankan boys et certainement quelque chose c’est passé et Happy les a tapé dos ». Cette version des faits n’a pas encore été confirmée. Et l’on ne « peut pas parler de taper dos c’est très faux », selon un citoyen camerounais qui suit l’histoire depuis un moment.

Plagiés ou pas, les deux singles sont dansants, envoutants et très authentiques. Chacun a donné une touche particulière à la chose, et plusieurs personnes n’en diront le contraire. Le petit Malo, essai de jouer le médiateur, dans le but de réconcilier les deux antagonistes. « Juste vous dire qu’on n’étouffe pas l’étoile de quelqu’un, continuez à travailler pour vous vas sortir, et si vous estimez que happy vous a plagié répondez lui tout simplement en chanson en sortant encore des tubes et des tubes c’est tout, je crois en vous vous avez du contenu et du fond donc arrêtez de vous plaindre et avancez, sinon on est ensemble vous êtes tous mes fils et c’est le mbolé ki gagne », déclare l’artiste musicien connu grâce au son dans mon kwater et les gos du Kamer.

Toutefois, happy garde le silence et se concentre à honorer aux invitations de tous les médias qui sollicitent une interview. Peut-être que sa version des faits permettra d’y voir plus clair.

Share: