Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Dans ses lignes, le magazine Jeune Afrique nous révèle en quelques mots qui est cette “patronna” au nom peu répandue : “Mariée à Adolphe Moudiki depuis 2000, elle est sans doute l’une des femmes les plus puissantes du pays après Chantal Biya. Nathalie Moudiki dispose d’une influence non négligeable à la présidence, à la fois auprès d’Oswald Baboke et de Samuel Mvondo Ayolo, respectivement directeur de cabinet adjoint et directeur de cabinet de Paul Biya”.

Outre ses relations particulières avec Chantal Biya, “Mme Moudiki est également le bras droit de son mari à la SNH. Adolphe Moudiki devenu vieux à 83 ans, il passe le clair de son temps en France et ne s’occupe que des dossiers ultrasensibles. L’Union d’Adolphe et Nathalie est avant tout stratégique”.

Née pour briller

Selon le magazine, en 2000, le patron de la SNH est âgé de 62 ans, tandis que sa promise a une trentaine d’années de moins. Fille d’Émile Engamba, un très proche ami de Paul Biya, elle gravite dans les cercles du pouvoir camerounais depuis son enfance.

« Sa famille, des Bulus originaires du village de Zoum, a ses racines à quelques encablures de celle du président, à l’entrée de Sangmélima. Par ricochets, Adolphe Moudiki n’est donc pas non plus un inconnu pour elle. Son père et lui sont des intimes et elle-même a obtenu depuis peu un emploi à la SNH. L’idée de réunir les Moudiki de Bonamouti et les Engamba de Zoum émerge, non sans provoquer quelques réticences. Finalement, le 8 juillet 2000 à Poitiers, en France, Adolphe Moudiki épouse en secondes noces Nathalie Engamba », précise Jeune Afrique.

Par Johanne Annick MBEZA

Share: