Tels sont entre autres propos publiés sur page Facebook, quelques jours avant le crime familial. En effet, le nommé Chistophe Takam le camerounais vivant aux Etats-Unis, s’est donné la mort le 14 juin 2020, après avoir tué son épouse.

Le message publié le 6 juin 2020 par Christophe Takam sur sa page Facebook, prédisait de manière indirecte le crime du 14 juin 2020. Ce jour alors, ce camerounais vivant aux Etats-Unis s’est donné la mort après avoir tué son épouse, la mère de ses enfants dont le premier âgé de 18 ans. Plusieurs personnes parlent d’un crime passionnel, car le couple était en désaccord et sur le point de se séparer.

Sur le pseudonyme Christ Takam, le meurtrier publie un message titré ‘’Leçon de la vraie vie’’. Il dit en anglais américain, : « Ne laissez jamais personne vous jouer. Quand cela arrivera, tout le monde vous dira «ne vous inquiétez pas, Dieu les fera payer ». N’écoutez pas ce BS (Non-sens, NDLR). Personne n’est jamais revenu de la mort pour nous dire comment cela fonctionne de l’autre côté. Si quelqu’un vous joue ici, faites-le payer ici et maintenant. Je ne crois pas à la vie après la mort. Nous ne vivons qu’une seule fois. » Un message qui traduit irréversiblement la révolte de Christophe, peut-être à cause de la période difficile qu’il traversait au sein de son foyer. Son opinion par rapport à la justice divine, est totalement contraire à ce que plusieurs personnes pensent. Selon lui, Dieu ne rend pas justice, mais l’homme est capable de faire payer chère à ses détracteurs, par n’importe quel moyen que ce soit.

Personne ne sait encore ce qu’il reprochait à la mère de ses enfants, au point de lui ôter ce précieux don qu’est la vie. Toutefois, sa mélancolie était grande tout comme la pression de la vengeance. Une coupe qu’il a gardée au frais pendant plus d’une semaine, jusqu’à ce qu’il soit débordé de soif.   Pour essayer d’établir les circonstances du crime, une enquête a été ouverte par la police américaine. Le couple s’en va, en laissant trois enfants, qui porteront à jamais le statut d’orphelin.

Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.