Depuis qu’il est devenu le chef de l’opposition, le Pr. Kamto a eu du mal à rallier toute l’opposition derrière lui ,alors qu’il est désormais séquestré chez lui depuis le 21 septembre 2020 pour avoir appelé au boycott des élections régionales et à la fin de la rébellion la plus sanglante dans le NOSO par un régime sans légitimité populaire.

Pour un régime qui a réclamé 2/3 des voix populaires, sa précipitation à emprisonner et séquestrer son opposition légitime est pour le moins déroutante.

Dans un pays normal, cela pourrait être un appel au réveil pour que les citoyens ordinaires s’engagent dans la politique et résolvent les insuffisances et les échecs du système.

Ainsi, loin d’être un loup solitaire, le Pr. Kamto est le test de Rorschach de la politique camerounaise. Il reflète l’inefficacité et la vénalité du régime et de sa prétendue opposition.

Une partie du problème est la structure du pouvoir dans le pays. Un système politique né d’un compromis anti-démocratique puisque les vrais patriotes et combattants de la liberté ont été qualifiés de «maquisards» sanguinaires et assassinés par les troupes françaises avant et après l’accession à l’indépendance. La politique est alors devenue une question de vie ou de mort et, par conséquent, l’émergence d’un État voyou avec une mentalité de siège qui voit toute forme d’opposition légitime comme problématique au sein d’un régime né d’un déficit démocratique massif, aboutissant à un ordre politique hiérarchique autoritaire et vertical où le Nnom Ngui dirige un système politique prémoderne qui fait de facto de lui un monarque avec un pouvoir absolu et sans freins et contrepoids.

Le Nnom Ngui est à la tête d’un système avec des défauts majeurs tels que l’exaltation et le soutien de la politique prédatrice, une corruption généralisée et une recherche personnelle de l’immortalité obscène et de profit effréné qui en font une impossibilité de servir l’intérêt général et le bien commun.

Au CL2P, nous tirons chaque jour la sonnette d’alarme sur le fait que cet état de choses n’est pas durable.

Nous devons faire nos devoirs et regarder où nous en sommes et où nous nous dirigeons; puis commencer à nous parler de ce que nous voulons vraiment. De toute évidence, nous manquons de marge de manœuvre. Nous ne l’avons jamais vraiment eu, mais il y a trop de tragédies qui en résultent dans le sillage de notre histoire pour rester indifférent.

Pour commencer, le Pr. Kamto essaye de se débarrasser de ces héritages inutiles et reconnaît qu’une véritable représentation proportionnelle est un rempart essentiel contre la tyrannie et favorise le compromis, puis aide à protéger les minorités. C’est la solution pour adopter des lois à même d’assurer la responsabilité contre les “élus” qui ont volé notre démocratie et notre dignité.

Le Comité de Libération des Prisonniers Politiques – CL2P

http://www.cl2p.org 

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar