L’universitaire et érudit musulman mauritanien, Mohamed El Moktar Ould Bah, réagit aux récents propos du président français, Emmanuel Macron, sur l’Islam et les caricatures du Prophète.Il ne m’est pas loisible de me taire quand mon Prophète bien-aimé est en cause. Cependant, je m’exprimerai selon les préceptes du saint Coran qui m’enjoint de discuter avec les Gens du Livre de la manière la plus convenable. C’est bien dans cet esprit que je vais réagir aux récents propos du président français, et ce, quelle que profonde soit mon indignation.

Il ne m’appartient, évidemment pas, de lui rappeler son rôle de garant des intérêts supérieurs de son pays. Il aurait cependant dû mettre en balance la défense de la diffusion de caricatures particulièrement diffamatoires et volontairement insultantes et les relations historiques, culturelles et économiques avec cinquante Etats et avec près de deux milliards de musulmans, dont plusieurs millions de ses propres concitoyens, qui se sentent offensés et blessés dans ce qu’ils ont de plus cher et de plus sacré.

L’attitude et les propos du président français, Emmanuel Macron, ont été à la fois choquants et incompréhensibles pour beaucoup d’Etats et de peuples dont certains ont adopté la langue de la France, ont admiré sa culture, ses lois et son esprit. Tous s’indignent et regrettent que de tels propos soient prononcés à la face du monde par le président de la France.

Mais plus grandes encore ont été leur déception et leur colère lorsque le président français, loin d’exprimer des regrets ou, a fortiori présenter des excuses, a réitéré, sur la chaîne Al Jazeera, son soutien à la diffusion des caricatures indignes, arguant qu’il défendait ainsi la liberté d’expression.

Personne ne lui demande de ne pas la défendre. Mais cette liberté peut être encadrée comme l’a fait la loi Gayssot sur l’antisémitisme, ou encore les lois sur le négationnisme, ou même la loi qui a permis de fermer et dissoudre Hara-Kiri, l’ancêtre de Charlie Hebdo, lorsqu’il a caricaturé de façon irrespectueuse le Général de Gaulle, tant aimé et respecté par les Français. Cette même logique ne devrait-elle pas s’appliquer au Prophète, vénéré par près de deux milliards de personnes autour de la planète ?

Le président a aussi argué de la mauvaise interprétation qui aurait été faite de ses propos, dont il a dit qu’ils ont été sortis de leur contexte. L’occasion lui a été offerte sur Al Jazeera de les expliciter, pour éviter toute équivoque. Il n’en a rien fait. Au contraire, il a donné l’impression de s’adresser plus à un électorat islamophobe qu’aux musulmans qu’il était censé apaiser.

Par ailleurs, tout en reconnaissant que plus de 80% des victimes du terrorisme sont des musulmans, le président associe invariablement celui-ci à l’Islam. Comme tout bon musulman, je condamne fermement le terrorisme et je trouve profondément injuste d’en rendre responsable ceux qui en sont les principales victimes.

Le président n’ignore pourtant pas que les causes réelles du terrorisme sont entre autres : la marginalisation, l’exclusion et surtout le mépris de la culture et des croyances des autres.

L’intervention du président français sur Al Jazeera est loin d’avoir satisfait les musulmans. Elle a, au contraire, renforcé chez eux la conviction qu’il ne se soucie point de ce qu’ils pensent ou de ce qu’ils ressentent. Cette attitude peut avoir de fâcheuses conséquences, qu’aucune personne sensée ne souhaite, sur la France et sur ses relations avec l’ensemble du monde islamique.

La sagesse et la politique bien comprise dicteraient que le président français, soucieux de servir au mieux les intérêts supérieurs de son pays et de préserver les liens de toutes sortes tissés au cours des siècles avec le monde musulman, prenne sur lui, présente ses excuses à cette immense communauté et initie une loi qui criminalise ce type de publications qui ne sert ni la démocratie, ni la laïcité et qui ne grandit en aucun cas la France.

Cet article Macron sur l’Islam: « Comment puis-je me taire ? » (Tribune) est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar