Le climat des unités de transformation industrielle du cacao en ses produits dérivés ne cesse de s’accroître au Cameroun.

 Le ministre du commerce, Luc Magloire Mbarga Atangana a reçu en audience le 1er février dernier à Yaoundé, Serge Ngassa promoteur de la chocolaterie Cocoa Valley, basée en Haute-Savoie dans la région française d’Auvergne-Rhone-Alpes.

 Au cours de l’audience qui a duré 2 heures d’horloge, l’industriel de nationalité camerounaise a signifié au patron du commerce son projet de création d’une unité de transformation du cacao. ” Ce chocolatier camerounais entend implanter au Cameroun dès le mois de juin 2021, une nouvelle unité de transformation en produit finis et semi-finis” a précisé le ministre du commerce au terme de l’audience.

 Selon son promoteur, Cocoa Valley possède plus de 25 tablettes très prisés dans les espaces commerciaux européens notamment en France, en Suisse et en Belgique. ” Sur les marchés Européens, la tablette s’écoule à 2,50 Euros, soit 2650 Fcfa. Mais si nous transformons à partir du Cameroun, on peut atteindre 3,5 Euros en vendant sur les marchés européens” a martelé Serge Ngassa. 

 Outre ce projet de création d’une unité de transformation de cacao, le chocolatier se propose de mettre à la disposition des jeunes son savoir-faire bien plus, mettre en exergue le caractère exceptionnel de la fève camerounaise. 

 Dans une récente déclaration médiatique, Michael Ndoping, directeur général de l’Office national du café et du cacao ( ONCC) a indiqué qu’avec la mise sur pied de cette structure industrielle, le kilogramme du cacao pourrait passer de 1000 fcfa à 3000 Fcfa. Une aubaine pour les cacaoculteurs qui broient du noir depuis plusieurs la chute drastique des coûts du précieux sésame.

 Pour l’heure, le coût, le lieu et la quantité de transformation de cette usine en pleine gestation n’ont pas encore été dévoilés.

 Il est important de rappeler que l’arrivée de ce nouvel opérateur intervient dans un contexte où la transformation du cacao a connu pour le compte de la saison 2019-2020, une régression de 24 000 tonnes.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar