La question la plus importante aujourd’hui, ne porte pas, ne devrait jamais porter, et ne saurait porter sur un doute quelconque s’agissant de la gouvernance du pays. La question, c’est le destin que nous envisageons, comment nous le voyons et notre implication positive.

Ainsi dit et convenu ensemble, le Cameroun est un Etat indépendant depuis 1960, juridiquement et politiquement. Personne d’autre venant de l’étranger n’a jamais assumé, n’assume et n’assumera jamais la responsabilité de sa gouvernance. C’est par nous, de nous seuls et avec nous, citoyennes et citoyens, que le débat a lieu et aura toujours lieu.

A tous ceux qui nourrissent des velléités en dehors de ce canevas, en dehors de la responsabilité collective, nous voulons leur dire, affirmer et réaffirmer, que nous avons tous raison, chacun avec ses arguments, ses ambitions et sa vision. Mais, si tant est que notre souci, notre vrai souci demeure le Cameroun, alors notre cause est unique et toutes les démarches doivent être faites d’humilité et de pondération. Aucun excès ni violence ni haine ni vengeance ne résoudra aucun problème, et ne fera triompher aucune raison par rapport à une autre. Toutes les constructions en dehors du dialogue sont vouées à l’échec, et tous les feux de brousse agités de l’étranger, ne détruiront aucun centimètre de forêt de chez nous.

Ceux qui attendent de prendre un petit déjeuner avec le Chef de l’Etat afin de se convaincre que le pays est gouverné, devraient d’abord s’assurer que les maternités du pays fonctionnent, que les deux langues sont utilisées, et que les commissariats sont ouverts./.

« Nous sommes un parti politique porté sur ses fonds baptismaux pour le salut du dialogue et de la réconciliation. Nous sommes le creuset d’un destin exceptionnel pour notre pays. Nous sommes porteurs de toutes les espérances, de toutes les tolérances, de toutes les solidarités, de toutes les compassions ainsi que de toutes les conciliations. Nous faisons nôtre, la sagesse d’un illustre homme d’Etat contemporain selon laquelle, le Cameroun est à construire et non à détruire. Nous tournons résolument le dos à toutes les haines, tous les sectarismes, toutes les injures et tous les extrémismes. Nous croyons à notre pays comme un havre de paix où tous ensemble, nous nous donnons la main pour avancer vers un destin heureux ». Shanda Tonme

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar