Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Testé positif au nouveau Coronavirus à la prison militaire du SED en fin avril, Marafa Hamidou YAYA ancien ministre d’État chargé de l’administration territoriale et de la décentralisation est actuellement pris en charge à l’hôpital central de Yaoundé.

C’est dû à une contamination de son voisin direct de cellule que l’ancien ministre d’État contracte le virus du siècle. En effet, Gilles Roger BELINGA, voisin immédiat de Marafa avec qui il partageait des moments quelques peu intimes, sera testé pour covid-19 plusieurs jours après ses premiers signes de fièvre. Ce n’est que trois jours plus tard qu’il sera évacué dans un hôpital de la place pour les soins.

Propagation à effet immédiat

De même que ce dernier, le doute continue de plané au sein de la prison. À savoir, si le virus était déjà répandu dans toutes les cellules. Apprend-t-on de Cameroomagazine, 50 détenues auraient été contaminés après avoir été placé dans le secteur laisser vide par Yves Michel FOTSO qui a bénéficié d’une évacuation sanitaire vers le Maroc.
Ainsi, après moult enquêtes du colonel en charge des lieux, tous les détenus se font tester à l’instar de Marafa Hamidou YAYA, Polycarpe ABAH ABAH et bien d’autres…

Rappel

Incarcéré depuis le 16 Avril 2012, l’ex secrétaire général à la présidence de la République est détenu à la prison centrale de Yaoundé où il purge une peine de 20 ans d’emprisonnement pour “complicité intellectuelle de détournement d’argent public”.
Dans une interview donnée au magazine Jeune Afrique en 2017, il revient sur les raisons de son accusation en révélant être dans les geôles pour des causes “exclusivement politiques”. Au cours de cette même interview, Marafa renseigne sur son état général de santé qui se dégradait peu à peu n’ayant pas obtenu l’autorisation d’aller effectuer des traitements et des contrôles à l’étranger.
Croyons que cette situation ne sera pas décisive pour l’ex ministre, comme pour d’autres.


Par Johanne Annick NAWELE MBEZA
Share: