Après quelques jours passés en garde à vue, l’artiste malien Sidiki Diabaté a été placé sous mandat de dépôt dans la soirée du 24 septembre 2020. Il est accusé d’avoir séquestré et violenté sa désormais ex-compagne Mariam Sow

Le célèbre artiste malien, Sidiki Diabaté, est au cœur d’une vive polémique qui alimente les réseaux sociaux depuis plusieurs jours. Il est en effet cité dans une affaire de violences conjugales sur son ex compagne Mariam Sow, connue sous le nom de Mamacita. Tout est parti en effet de la publication de plusieurs photos présentant le corps tuméfié de la jeune dame, sur la toile. La victime n’est pas passée par quatre chemins pour pointer du doigt le chanteur malien comme étant l’auteur. Bien qu’ayant affirmé que ces photos datent de plus d’un an, la belle Mamacita a porté plainte, et l’artiste, lui, a été mis aux arrêts depuis le 21 septembre 2020.

A en croire des proches de Sidiki Diabaté, il n’aurait pas violenté la jeune dame par plaisir. Il l’aurait surprise en train de s’amouracher avec un autre homme dans la maison qu’il lui avait louée. Pris de colère, l’artiste aurait donc roué de coups celle-ci. Ayant appris cela, les parents de Mariam Sow auraient décidé de faire chanter le prince de la Kora. Celui-ci va d’abord céder aux caprices de sa belle famille avant de décider de ne plus rien verser à ses beaux-parents. Une décision qui lui sera très fatale puisque les photos du corps tuméfié de la jeune dame seront révélées au grand jour.

Depuis lors, Sidiki Diabaté vit une véritable descente aux enfers. Il a d’abord été exclu des Afrimma Awards 2020 puis des Primud 2020, avant d’être ensuite lâché par sa maison de production, Universal Music Africa. De plus, l’on apprend qu’il a été placé sous mandat de dépôt jeudi car la Police ne pouvait pas le retenir en garde à vue plus de 72h. Le juge, n’ayant pas voulu lui offrir la liberté sous caution jusqu’au jugement, Sidiki Diabaté a donc été déféré à la prison centrale de Bamako au Mali. Des heurts ont même éclaté dans la soirée du jeudi entre les forces de l’ordre et des fans de l’artiste qui exigeaient sa libération.

Source : Afrique sur 7

Share: