A l’épreuve du concept de la rentrée scolaire et partenariats,la Mission de Régulation des Approvisionnements des Produits de Grande Consommation (Mirap) a excellé à travers des innovations telles que le nouveau concept de la rentrée scolaire ainsi que de nouveaux partenariats. Malgré les tirs nourris à l’encontre de son administrateur, Cyprien Mbamzok resté déterminé à faire entrer sa structure dans l’émergence.

La Mission de Régulation des Approvisionnements des Produits de Grande Consommation est satisfaite d’avoir expérimenté le nouveau concept de la rentrée scolaire a dans les magasins témoins de Bertoua et Ebolowa. Entre temps également, il s’est établi un partenariat.

« Du 26 Septembre au 06 Octobre, nous avons expérimenté un nouveau concept, le concept de la rentrée scolaire avec la Mirap dans les magasins témoins de Bertoua et Ebolowa. Il était d’associer ceux qui pouvaient proposer des fournitures scolaires à bas prix aux organisations des producteurs et opérateurs économiques qui approvisionnent les magasins témoins de vente avec les produits de grande consommations. Cette opération a pu faire en sorte que nous avons été accompagné par près de 32 opérateurs économiques parmi lesquels cinq qui font dans les fournitures scolaires .Nous avons pu enregistrer les ventes promotionnelles de l’ordre de 35 millions pendant les 10 jours, que ce soit à Bertoua ou à Ebolowa. Ce qui fait que les consommateurs se sont approvisionnés en produits de grande consommations tout comme ceux qui venaient aussi trouver des produits moins chers dans les magasins témoins. Nous pensons qu’au vue de la réussite de cette expérimentation, l’année prochaine, nous pourrons étendre cela dans tous les magasins témoins de vente de la Mirap, notamment à Garoua, Maroua, N’Gaoundéré et éventuellement à Yaoundé, puisque nous sommes dans la phase de construction du magasin témoin de la ville de Yaoundé. Entre temps également, il s’est établi un partenariat entre LE COPOVIB qui est une coordination qui approvisionne nos magasins témoins de vente Mirap par viande bovine .La cérémonie de lancement de ces opérations a eu lieu à Garoua récemment ou aujourd’hui dans le magasin témoin de la ville de Garoua, vous pouvez avoir le kilogramme de bœuf avec os à 1300 FCFA ,en lieu et place du marché classique ou il se vend à 1500 FCFA. Que ce soit avec os ou sans os, le gain est de 400 FCFA .

C’est une collaboration qui va s’étendre à d’autres magasins témoins de vente notamment à Maroua, Garoua et Bertoua d’ici peu », a indiqué l’administrateur. Saluons déjà la continuité des approvisionnements malgré la Covid-19 qui ont toujours été permanents sans, bousculades l’appui de la Sodecoton et de la Semry. Il faut noter que ces innovations et performances de la mission de régulation des approvisionnements des produits de grande consommation vont en droite ligne avec la politique du chef de l’état qui souhaite que les camerounais n’aient pas faim.

Cabale contre l’administrateur

Certains oiseaux de mauvaise augure ont trouvé bon malgré ces performances de jeter l’opprobre sur les résultats engrangés par le numéro un de la Mirap. Dans cette cabale- ils évoquent des difficultés imaginaires en affirmant que depuis le mois de septembre 2019, plus rien ne vas plus à la Mirap : les marchés témoins ambulants qui se tenaient dans les grandes villes sont fermés. Pire encore ils accusent ce dernier de se remplir les poches. Le délire va plu loin car ces ennemis de la république affirment que Cyprien Mbamzok négocie d’importants contrats d’importations de denrées de première nécessité soit disant pour alimenter les marchés supervisés par la Mirap ,et qu’en réalité, ces importations à savoir le riz et sucre sont faites au profit de certains opérateurs économiques qui se soustraient ainsi au paiement de diverses taxes au profit de l’état. Il y’a lieu de rappeler à ces détracteurs que l’administrateur de la Mirap a une hiérarchie qui la côte. Il ne revient donc pas aux sirènes tapis dans l’ombre de tirer les ficelles. La Mirap a un cahier de charge bien établi et des résultats probants tels que le rappelait son numéro un dans une interview accordée à notre rédaction il y’a quelques mois.

Les précisions de L’administrateur

« La Mirap c’est la mission de régulation des approvisionnements des produits de grande consommation. C’est une structure d’achat, de stockage des produits de grandes consommations. Parmi les missions qui ont été déclinées dans le décret, nous avons mis en place des outils opérationnels pour faciliter les approvisionnements en produits de grandes consommations aux consommateurs, notamment des marchés, foires dans les villes de Yaoundé et Douala. C’est des occasions que la Mirap offre aux consommateurs pour pouvoir s’approvisionner sur les marchés dans ces villes de mercredi à samedi. Nous avons également à la fin de chaque mois, ce que nous appelons des marchés témoins, périodiques, ce sont des manifestations commerciales qui se déroulent pendant deux à trois jours parfois à quatre jours à la fin de chaque mois entre le 25 et le 30 c’est pratiquement la période où la plupart des salariés entre en possession de leurs rémunérations. Alors, la Mirap organise dans les chefs-lieux des régions, un certain nombre de cercle de département, dont ces occasions pour que les consommateurs puissent s’approvisionner. C’est un travail qui se fait tout le long de l’année qui affiche un bilan toutefois satisfaisant, parce que depuis 2012 jusqu’à 2018 nous enregistrons près de 1300 organisations de producteurs qui a au moins une fois approvisionner les marchés Mirap, pour un niveau d’approvisionnement de presque 100.000 tonnes.

Et, ces organisations de producteurs ont pu tirer des activités de la Mirap, un chiffre d’affaire qui vacille autour de 27 milliards de Fcfa. Lorsqu’on fait un sondage auprès de ces derniers, on comprend que cette argent leur permet d’améliorer la scolarité des enfants, d’améliorer leur habitat en milieu rural, leurs productivité agricole et d’une manière générale leurs cadre de vie en milieu rural. Du côté des bénéficiaires directs des activités de la Mirap, notamment les consommateurs, vous avez une réduction pratiquement du coût du panier de la ménagère qui va de 10 à 15%. Sur le plan national, les activités de la Mirap permettent de contenir l’inflation des produits de grandes consommations et également d’épurer un peu le circuit de commercialisation. Le modèle que nous avons choisi à savoir celui de faire que le producteur vienne sur le marché, pour proposer son produit nous permet de réduire le nombre d’intervenant qu’il y a dans la chaine, de manière à ce que sur le marché Mirap, les produits se vendent à des prix qui défient toutes sortes de concurrence.

Depuis 2018, la Mirap a ouvert des magasins témoins de vente à Garoua, Maroua, N’Gaoundéré, Bertoua et Ebolowa. Ce sont des structures permanentes qui permettent du mercredi au samedi de la semaine aux consommateurs de ces différentes localités d’avoir accès à des produits à des prix Mirap comme on le dit souvent à des produits de grandes consommations. Ce qu’on peut faire dans le cadre des fêtes de fin d’année, c’est de revoir les horaires d’ouvertures des magasins, d’augmenter le nombre d’interventions pendant cette période », précisati Cyprien Mbamzok.
Perpestives

La Mirap œuvre auprès des autorités compétentes en matière de gestion foncière pour trouver des nouveaux sites pour implanter des magasins. Elle souhaite avoir plus des sites pour pouvoir implanter des magasins témoins de vente. Dès lors qu’il y a un site, nous implantons des magasins. Quand ce n’est le cas, elle continue avec l’ancien modèle c’est-à-dire le marché témoin périodique. Par contre ailleurs où les magasins sont déjà ouverts, l’action qu’il y a mené est d’aller vers les sociétés de production, les jeunes entrepreneurs agro-pastoraux pour leur indiquer que la Mirap leur offre une opportunité exceptionnelle de commercialisation de leurs produits.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar