Tamfuh Richard et Me Tchuemegne écopent de 6 mois de prison avec sursis de l’abandon de certaines des charges retenues contre eux pour leur participation présumée aux évènements du 10 novembre dernier au tribunal de première instance de Bonanjo.

Face à la grève annoncée des avocats du 30 novembre au 4 décembre 2020, le gouvernement tente de faire baisser la tension. Ce lundi 23 novembre, les juges du tribunal de première instance de Douala-Bonanjo ont décidé d’abandonner les charges retenues contre Me Richard Tamfu et Me Armel Tchuemegne, avocats au Barreau du Cameroun.

Ils étaient sous le coup d’une enquête judiciaire pour « d’outrage à magistrat, de troubles du service et destruction ».  Ce qui leur a valu d’être en détention préventive à la prison de New-bell. Ce lundi, une décision de justice abandonne l’accusation d’outrage à magistrat et retient les charges de troubles à l’ordre public et de destruction de bien. Ils écopent de 6 mois de prison avec sursis et d’une amende de 100 000 FCFA chacun.

Me Richard Tamfu et Me Armel Tchuemegne avaient été arrêtés au lendemain des incidents du 10 novembre au Tpi de Bonajo.

Ce jour-là, des avocats s’opposent à une décision du juge de mettre deux des leurs en détention provisoire pour une affaire de corruption alors qu’ils demandaient une comparution libre. Le ton monte,  les forces de l’ordre interviennent finalement et les avocats sont gazés.

La justice se met dès lors aux trousses de 15 avocats pour leur participation présumée à ces évènements.  Ce qui provoque la colère du Conseil de l’Ordre des avocats. Réuni en session extraordinaire le 21 novembre, le Conseil adopte des résolutions, dont celle d’une grève des tribunaux du 30 novembre au 4 décembre.

Ceci pour protester contre ce qu’il appelle « une persécution programmée des avocats transformés en délinquants ». Une menace qui semble avoir été prise au sérieux par le gouvernement.

Cet article Grève dans les tribunaux : le gouvernement recule et libère les avocats arrêtés est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar