Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Les groupes jihadistes applique la charia, la loi islamique au nord Mali.Un homme accusé de vol de bétail au début du mois d’octobre, s’est vu couper la main droite en public par le Groupe État islamique (EIGS) affilié depuis 2016 à l’ État islamique qui l’ont ensuite laissé repartir.

Et comme un malheur n’arrive jamais seul, la victime de l’amputation a été arrêtée. Il a été interpellé par la police locale pour « vol de bétail » et détenu dans une prison de Gao, où il bénéficie d’un suivi médical.

« De tels châtiments corporels exécutés par des groupes armés en dehors de tout cadre légal sont de graves atteintes aux droits de l’homme, y compris le droit de tout être humain à un procès juste et équitable devant un tribunal régulièrement constitué », a déclaré le Chef de la Mission des Nations Unies au Mali (MINUSMA), El-Ghassim Wane, qui a fermement condamné « ces actes ignobles ».

Au mois de mai dernier, trois présumés coupeurs de route avaient subi des amputations croisées de la main droite et du pied gauche du Groupe État Islamique au Grand Sahara dans le village de Tin-Hama, dans le cercle d’Ansongo.

La MINUSMA dans un communiqué publié en mai dernier, dénonçait « ces abus » punis par le droit malien.La Mission onusienne, qui œuvre à renforcer la lutte contre l’impunité sous toutes ses formes auprès des autorités maliennes, a rappelé que « les atteintes à l’intégrité physique ainsi que les traitements cruels, inhumains et dégradants ne constituent en aucun cas une solution acceptable au regard du droit international et ne sont pas des actes constructifs pour la justice et la paix ».  

Cet article Gao : l’État islamique ampute un homme accusé de vol est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar