Onglets principaux

Vu sur le web

Classement des 20 personnalités qui ont marqué la toile du 237 en 2018 (Part 2)

Découvrez la 2ème partie de ce classement des 20 personnalités qui ont marqué la toile du 237 en 2018
730 vues
01/07/2019 - 16:59
Christine MBENGONO
rédactrice Cameroun-online
Personnalites-preferees-camerounais.jpg

15 -  Coco Argentée

Le Bikutsi n’a jamais été aussi "argenté" depuis qu’il a dévoilé sa Coco. Une jeune femme douée pour faire danser et chanter les mélomanes aux rythmes endiablés du sud du Cameroun. En Savoir plus : ICI

Cependant, celle qui est affectueusement baptisée la Lady Gaga du Cameroun (du fait de son style vestimentaire ultra flashy et décalé) a vécu une fin d’année 2018 ultra mouvementée et les internautes s’en sont donnés à cœur joie.

Halée de toutes parts sur internet, soit par le Brigade Anti-Sardinards - (Mouvement de boycott de tous les concerts de la Diaspora, des artistes soupçonnés d’être des sardinards), soit par des révélations d’une supposée amie intime de Coco ; révélations selon lesquelles, La Go Galaxy devrait de l’argent à la créatrice camerounaise Clap’Style. La créatrice (au style étonnamment identique à celui de la Go Galaxy) lui aurait confectionné des tenues pour ses clips et spectacles et n’aurait pas encore perçu son dû.

Le silence de Coco face à ces accusations a amplifié la chose et laissé ses fans perplexes.

Heureusement sur la toile, le mauvais vent passe très rapidement et Coco Jackson a terminé l’année 2018 en Beauté

Précisons que son dernier album Ouragan est un véritable carton !

  14 - Joseph Antoine BELL

Surnommé le « Félin », Joseph Antoine BELL est l’un des meilleurs gardiens africains de tous les temps. Réputé pour son caractère bien trempé, il est actuellement consultant pour Africa 24 et RFI.

C’est le dimanche 25 Novembre 2018, au cours d’une conférence de presse, que BELL officialise sa candidature au poste de président de la Fédération Camerounaise de Football (FECAFOOT), après les échecs de 1996 et 2014.

Dès lors, surgissent clans, prises de position et clashs. Le clash qui secoue la toile est celui qui l’oppose à Samuel ETO’O Fils.

En effet, C’est sur un plateau de Canal 2 que Joseph Antoine déclare : « Samuel Eto'o m'a affirmé que Yaoundé ne souhaite pas me voir à la présidence de la FECAFOOT, mais plutôt à la tête de la direction technique [...] Il a également souligné que ma vie pourrait être menacée. »

Samuel Eto’o réagit, Bell se justifie et les internautes s’en lèchent les babines.

Cette affaire s’est calmée lorsque Seidou Mbombo Njoya a été élu Nouveau président de la FecaFoot.

Le Cameroun est formidable, vivons seulement…

13 -  Clément ATANGANA

L’an 2018 au Cameroun aura particulièrement marqué les esprits car étant une année électorale qui a vu une participation massive des internautes.

À cet effet, L’électorat de Facebook et Twitter n’a pas raté une seule minute du déroulement du contentieux post-électoral. Contentieux qui avait pour Vedettes, le professeur Maurice KAMTO, Maitre NDOKI et le président du Conseil Constitutionnel, monsieur Clément ATANGANA a.K.a « irrecevable » !

Pour vous la faire courte, le président du "CC" a qualifié d’irrecevables, toutes les requêtes et autres demandes des opposants, au point où ce mot est devenu aussi populaire que le surnom « Bonita » et pas qu’un peu ! Chansons, Tweet, Post, Montages Photoshop, la toile s’est vraiment enflammée autour de ce mot. On aurait que les internautes Kamer l’entendaient pour la 1ère fois. En même temps, la facilité avec laquelle monsieur ATANGANA énonçait le vocable « irrecevable » laissait quelque peu penser que les dossiers n’avaient pas été étudiés en profondeur (selon une partie de l’électorat de Facebook et TWITTER).

Pour revoir les tweets, taper les requêtes : #PaysPenché, #ConseilConstitutionnel #Etoudi2018, #Vote2018 ou tout simplement Clément ATANGANA

12 -  Anicet NEMANI et son BiMstr

Promotion, diffusion et exportation des œuvres musicales des artistes Camerounais via le digital, un objectif que s’est fixé « la rue de la Musique », Be In Music Street (BiMstr).

Fondé en 2014 par Anicet NEMANI et officiellement ouvert en 2015, le media musical qui compte aujourd’hui plus de 100 000 abonnés sur Facebook, est perçu comme un « espoir pour les sans voix » et ce, malgré la réticente des « puristes » dès son lancement.

BiMstr a fortement contribué à viabiliser le secteur musical camerounais (dans un environnement où la musique Naija prenait le pas sur la zik Kamer) . Il a surtout amélioré l’image qu’avaient les camerounais de leur propre musique. A travers des accroches toutes aussi originales les unes que les autres, L’équipe de NEMANI a su capter toutes les attentions et saisi que, la meilleure manière d’emmener les autres à apprécier notre musique, c’est de l’apprécier d’abord nous-mêmes ! C’est ainsi que des talents alors méconnus du grand public, se sont faits connaître grâce à cette plateforme.

Cela s’est pratiquement fait à la vitesse de la lumière, si bien qu’en 2018, les indécis du départ ont progressivement et massivement assimilé le truc !

Aujourd’hui, même si le positionnement de BiMstr, se veut un peu différent (Nous y reviendrons dans un prochain article), l’esprit reste et le secteur musical camerounais ne s’en porte que mieux.

Si vous en doutez, demandez aux Z’experts, ils vous le confirmeront !

11 -  Maitre NDOKI

Autre personnalité arrivée sous les feux des projecteurs grâce au processus électoral autour de la Présidentielle 2018, la désormais célèbre avocate, Me Martine Sonia Michelle Ndoki a marqué de son empreinte, le contentieux post-électoral.

Auparavant, discrète Présidente du directoire des femmes du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), Me NDOKI a contribué à enrichir le débat public pendant le contentieux électoral autour du scrutin présidentiel (...)

Arrêtée le 27 Octobre 2018 (ainsi que 45 autres personnes) pour « apologie de certains crimes et délits » (en faisant des appels à l’insurrection et à la déstabilisation du fonctionnement des institutions en brandissant des pancartes et T-shirt avec la mention « non au hold-up électoral »), la désormais célèbre avocate était également accusée de participer à l'organisation des réunions et des manifestations sur la voie publique, et d’inciter à la résistance à l'ordre du Gouverneur qui interdisait toutes réunions ou manifestations prévues par les militants du MRC ce 27 Octobre 2018 (…) ; et; devait comparaitre le 6 novembre 2018.

Elle avait alors twitté : « Voilà comment on passe de manifestation pacifique, tentative de suicide par noyade dans un caniveau sec, à apologie de crimes et délits et appels à l'insurrection. Nous sommes au moins 45 à être poursuivis. Courage »

Le 04 décembre 2018, Me NDOKI et les 45 autres militants du MRC furent libérés, et les poursuites judiciaires intentées contre furent tout simplement stoppées.

Le Cameroun C’est le Cameroun !

La suite, bientôt…

En attendant, Découvrez la Partie 1 de ce Classement ICI

Étiquettes: