Onglets principaux

Société

Cameroun : Blessé par balles, l’abbé Felix Désiré Amougou aux urgences à Yaoundé

Le porte-parole de l’Archidiocèse de Yaoundé a été attaqué le 18 novembre 2018 par des individus armés et non identifiés. La victime a reçu une balle dans la poitrine et se trouve entre la vie et la mort au Centre des Urgences de Yaoundé (CURY)  
931 vues
11/20/2018 - 12:21
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online
Photo d'illustration

Malgré le renforcement du système sécuritaire dans la ville de Yaoundé, les agressions nocturnes et à main armée refont surface. Dans la nuit de 18 novembre, le curé de Nsam, porte-parole de l’archidiocèse de Yaoundé, a reçu une balle dans la poitrine. Il est à présent dans le coma au centre des urgences de Yaoundé.

Les assaillants, ainsi que les raisons de son attaque restent encore inconnus. Des sources rapportent que « des malfrats armés sévissent actuellement à Yaoundé ».  Ils ont déjà plusieurs victimes :« Après Ernest Obama, Avenir Ava, c’est le tour du curé de la paroisse de Nsam, responsable de la communication de l’archidiocèse de Yaoundé, l’Abbé Felix Désiré Amougou d’être visé ».

La dernière victime, tout comme les autres, a aussi subit une attaque nocturne : « Il a été agressé hier nuit et a reçu une balle en pleine poitrine. Il a été conduit au cury où il subit actuellement une opération ». L’espoir demeure avec le succès du le premier secours : «  la première intervention chirurgicale s’est bien déroulé. Restons en prière pour notre pays et pour nous même »  interpelle un proche de la victime.

Il y’a 3 jours, l’auteur et compositeur Avenir Ava était victime du même genre d’agression. Le chanteur de bikutsi a lui aussi reçu plusieurs balles dans la nuit du jeudi 15 novembre alors qu’il se rendait à son domicile.

Certaines sources nous révèlent qu’il était sur le point de franchir la cour de sa maison lorsqu’il a subitement été attaqué par deux individus armés, encore non identifiés. Il a reçu une balle qui lui a brisé la mâchoire et une autre qui est resté plantée dans son crâne jusqu'à sa dernière seconde de vie. Conduit au centre des urgences de Yaoundé, il a subit des soins intenses qui n’ont d’ailleurs pas porté de fruit car deux jours après, l’artiste est passée de vie à trépas.

 

Florelle Sateu, stagiaire

Étiquettes: