Onglets principaux

Société

Cameroun : 23 filles confrontées au mariage forcé

Selon nos sources, près de 23 filles du Lycée de Bangang-Fokam ont quitté la localité pour éviter le mariage forcé avec le roi.
360 vues
02/23/2019 - 10:55
lucien embom
Journaliste

L’affaire fait grand bruit en ce moment dans la région de l’Ouest Cameroun. Les populations du village Bangang-Fokam sont sans nouvelle de près 23 filles dont l’âge entre 16 et 21 ans. Redoutant d’être mariées de force au roi qui est actuellement au Lakam, ces dernières se sont évanouies dans la nature depuis de longs jours. Les notables sont déterminés à trouver des compagnes de valeur à Sa Majesté Jules Roland Kouatchou.

Pour que leur choix soit du goût du roi, ils ont décidé de piocher dans les rangs du Lycée de Bangang-Fokam. Précisons que l’autorité traditionnelle de la localité est en quête d’épouses instruites. Une liste d’environ 23 élèves a été établie par les membres de la chefferie. Mises au parfum de ce qui se tramait, les filles ont préféré prendre la poudre d’escampette au lieu de retrouver dans les bras de Sa Majesté Kouatchou.

Selon Célestin Ngoura, le Lakam peut être défini comme une case sacrée, initiatique du prince héritier et de sa suite. C’est une case sacrée dans laquelle le prince héritier, son adjoint et les compagnons de règne sont appelés à passer neuf semaines.  Durant ce temps, ils sont initiés aux valeurs traditionnelles, mystiques et religieuses. De plus, ils reçoivent des méthodes idoines pour l’administration du village.

Cette pratique initiatique, s’inscrit dans le cadre du cours de Vision africaine du monde, et est rencontrée dans tout le pays bamiléké.  Le choix du successeur se fait par le chef lui-même avec l’aval du conseil des notables. Ceux-ci sont capables de dire après avoir interrogé « le futur » si tel enfant peut garder ou non un totem, un « secret d’Etat », s’il est disposé à gouverner. Avant la sortie du Lakam, on trouve une compagnie au chef en initiation.

 

 

 

 

Étiquettes: