Onglets principaux

Santé

Cameroun-Santé : Plus de 1600 personnes dépistés du cancer de sein en 2019.

Le cancer du sein est le plus fréquent et le plus mortel des cancers chez la femme.
1,073 vues
10/29/2019 - 11:32
Zenani Kanga
Stagiaire
Cameroun-Santé : Plus de 1600 personnes dépistés du cancer de sein en 2019.

 Les caractéristiques épidémiologiques et pathologiques de la tumeur du sein au Cameroun. Il s'agit d'une étude descriptive portant sur le cancer du sein. Pendant une période de 10 ans (2004-2013). Les paramètres étudiés étaient la fréquence, l’âge, le sexe, la localisation, le type et le grade histologique, et les récepteurs hormonaux. Un total de 3044 cas de cancers du sein a été recensé, soit une fréquence annuelle de 304,4 cas en moyenne. Le sexe féminin était le plus représenté avec 2971 cas (97,60%) et les hommes avec 73 cas (2,40%). L’âge moyen des patients était de 35 à 46 ans, avec des extrêmes de 13 et 95 ans. Selon la localisation, le sein gauche était atteint dans 1244 cas (52%) et le sein droit dans 1115 cas (47%).Les cancers du sein restent une pathologie fréquente au Cameroun et atteignent principalement la population féminine en âge de procréer. Ils sont caractérisés par la prédominance du carcinome canalaire infiltrant.

La sensibilisation au dépistage des cancers se fait à longueur d'année mais l'opération « Octobre rose » est dédiée à la lutte contre le cancer du sein. Comme chaque année, Octobre Rose est suivi par de nombreuses associations et centres de recherches et hospitaliers. En plus des dépistages et des sensibilisations, des marches et courses solidaires sont aussi organisées. Au Cameroun, le cancer prend de plus en plus de l’ampleur, a indiqué la rencontre d’experts en soins d’Oncologie et de supports (RESOS), lors du lancement de la campagne Octobre Rose, pendant le mois d’octobre. Selon plusieurs études menées au Cameroun, « le cancer du sein est le premier cancer le plus mortel chez la femme. Près de 2000 femmes en meurent chaque année. En 2018, au sein de la population de Yaoundé, le cancer du sein était le cancer le plus fréquent de la femme avec les taux brut d'incidence et standardisé sur l'âge respectivement de 25 ans à 35 ans. »

Grâce au registre des cancers de Yaoundé, on peut estimer qu'il concerne plus de 1 000 femmes par an. Le diagnostic est le plus souvent tardif et le traitement essentiellement palliatif. Devant cette situation préoccupante, il est indispensable de renforcer les moyens d'information, au niveau de la population et du personnel soignant, de mettre en place des structures de diagnostic dans l'ensemble du territoire et d'utiliser au mieux les possibilités radio-chirurgicales existantes.

Toujours selon certaines études, 70 à 80% des patientes sont diagnostiquées à des stades très avancés. Le cout élevé du dépistage, la faiblesse des plateaux techniques, le cout élevé des molécules anticancéreuses et parfois l’éloignement des structures sanitaires pour les populations vivant en milieu rural, sont quelques causes de cette détection tardive. Ainsi, pour contrecarrer cette maladie, la campagne de sensibilisation d’Octobre Rose 2019 encourageant le dépistage précoce et le suivi médical. A cet effet, le RESOS a initié une campagne de dépistage durant laquelle des examens se font à des prix bas. Cette campagne se déroule dans la ville de Yaoundé à la clinique de la cathédrale au quartier Fouda, au groupe médical Saint Hilaire à Emombo et bien d’autres formations hospitalières, dit-on.  

Il faut savoir qu’un cancer du sein détecté tôt est susceptible de guérison. La prévention apparaît ainsi comme étant l'arme efficace de lutte contre cette maladie. Selon les spécialistes, peu de femmes pensent aujourd’hui à se faire dépister du cancer du sein. D’où la campagne spécifique Octobre rose dédiée à la sensibilisation contre cette affection.

Comme le disent les cancérologues, « il suffit de palper les seins pour détecter une simple anomalie mammaire et de se rendre à l’hôpital pour se faire diagnostiquer grâce à une mammographie, qui permet de trouver des images typiques de cancer et de procéder à une prise en charge rapide, selon l’état d’avancement de la maladie, qu’elle soit précoce ou avancée. »

 

Étiquettes: