Onglets principaux

Politique

Cameroun : Maurice Kamto se déclare vainqueur de la Présidentielle 2018

Candidat à la présidentielle du 07 octobre dernier, Maurice Kamto du Mouvement pour la Renaissance Kamto s’est auto-proclamé vainqueur du scrutin, au cours d’une conférence de presse, lundi 08 octobre. Appelant le Président sortant, Paul Biya, à lui céder le pouvoir de manière pacifique
809 vues
10/09/2018 - 17:06
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Lendemain de scrutin présidentiel tendu au Cameroun. Face à la presse natioonale et internationale ce lundi, 08 octobre, le candidat du MRC, Maurice Kamto s’est déclaré vainqueur, et a appelé le Président sortant, Paul Biya, au pouvoir depuis 1982, de lui remettre le pouvoir.

« J’ai reçu du peuple un mandat clair »

« J'ai reçu mission de tirer le penalty, je l'ai tiré et je l'ai marqué », a déclaré l’ancien Ministre Délégué à la Justice, face aux hommes de médias. Une métaphore footbalistique utilisée pour représenter son élection présumée, à l’issue du scrutin de dimanche.

« J'invite le président sortant à organiser une manière pacifique de transition », a ajouté l’avocat de 65 ans. Prévenant, « J'ai reçu du peuple un mandat clair que j'entends défendre jusqu'au bout ». On peut supposer que le juriste de formation entend user de tous les recours envisageables pour revendiquer ce qu’il considère comme sa victoire. Lesquels recours seront déposés devant le Conseil Constitutionnel, juge du contentieux électoral.

De fait, Maurice Kamto a dénoncé de « multiples cas de fraude orchestrée par le pouvoir ». Cependant, il s’est disposé à travailler avec les acteurs du régime. « Mes bras leur restent ouverts pour qu’on œuvre ensemble à la renaissance nationale », a-t-il assuré.

Réaction ferme du Gouvernement

Problème : En revendiquant la victoire avant l'annonce officielle des résultats de la présidentielle au Cameroun, le candidat d'opposition Maurice Kamto s'est mis « hors-la-loi », a réagi le ministre de la Communication, Issa Tchiroma Bakary. Estimant que, conformément au code électoral, seul le Conseil Constitutionnel peut proclamer les résultats de la présidentielle.

L’institutions juge des élections dispose de quinze jours (soit, d’ici au 22 octobre) pour proclamer les résultats. « Quiconque se met en travers rencontrera naturellement la rigueur de la loi, parce que la force appartient à la loi », a ajouté le porte-parole du Gouvernement.

Avant même le début du contentieux électoral devant la juridiction compétente, on semble déjà se diriger vers un clash entre le pouvoir et l’opposant Maurice Kamto.

De leur côté, certains des 6 autres candidats ont appelé à la retenue. Notamment le candidat du Social Democratic Front, Joshua OSIH qui a invité chaque partie à attendre la proclamation des résultats officiels par le Conseil Constitutionnel.

Le Pr Nkou Mvondo, président du parti UNIVERS, qui a porté la candidature de Cabral Libii, a dit être en possession de plusieurs éléments de fraude qui accableraient le régime. Cependant, ce professeur de droit estime également qu’il faut attendre la proclamation officielle des résultats et l’ouverture du contentieux électoral pour se prononcer.

Étiquettes: