Onglets principaux

Politique

Cameroun : Le MINADER engagé pour l’entreprise collective

En présidant le 19 juillet 2019 à Yaoundé les activités de la Journée Mondiale des Coopératives, le Ministre de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) s’est prononcé en faveur de l’entreprise collective.
679 vues
07/24/2019 - 13:08
lucien embom
Journaliste

Selon le Ministre Gabriel Mbairobe, l’Etat du Cameroun encourage l’entreprise collective. La possibilité d’entreprendre à plusieurs, le co-entreprenariat est une idée moderne car elle repose sur la réussite collective. Le Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural est pour la promotion de nouvelles formes d’initiatives économiques et sociales. La forme coopérative ou mutualiste est porteuse d’autres logiques de développement. Elle est soutenue par une approche de l’initiative entrepreneuriale.

Les sociétés coopératives dans les hautes terres de l'Ouest-Cameroun (régions de l’Ouest et du Nord-Ouest) par exemple, sont des structures anciennes qui ont vu le jour avec l’arrivée des colonisateurs européens vers la fin du XIXe siècle. La fertilité du sol dans cette vaste région a favorisé la pratique des activités agricoles, donnant lieu à la naissance de plusieurs sociétés coopératives. Les sociétés coopératives dans ces zones font partie des rares structures dans toute l’Afrique sub-saharienne qui ont résisté aux turbulences et contingences multiformes.

La libéralisation du secteur coopératif en 1990 a poussé l’Etat à se désengager des services d’encadrement et de soutien tels que l’audit, la supervision et le management. Cette situation a négativement affecté les sociétés coopératives dans la mesure où la corruption et la mauvaise gouvernance sont devenues des pratiques érigées en règle de gestion, entrainant ipso facto la décrépitude desdites sociétés coopératives. L’efficacité et la transparence dans les hautes terres de l’Ouest-Cameroun ont permis de surmonter les difficultés.

Le capital social des coopératives y est souscrit par leurs membres. Ce sont également ces membres qui assurent la gestion par l’intermédiaire de leurs élus. Dans toutes les coopératives-membres de l’UCCAO, les planteurs de chaque circonscription envoient proportionnellement à leur nombre, des délégués au chef-lieu de leur département pour constituer l’assemblée générale de la coopérative départementale. Cette assemblée élit en son sein un conseil d’administration et un président.

 Ce sont ces organismes élus qui déterminent la politique de la coopérative. En outre, contrairement à certaines régions du Cameroun où la gestion technique des coopératives est longtemps restée assurée par un directeur nommé par le Ministre de l’Agriculture, l’Ouest s’est très vite départi de cette pratique dans la mesure où cette gestion technique est assurée par un directeur général et un directeur général adjoint, tous deux élus par les membres du conseil d’administration.

Étiquettes: