Onglets principaux

Politique

Cameroun : La demande de libération de Maurice Kamto rejetée en appel

Le verdict a été rendu ce mardi 09 avril 2019, à la Courd d'Appel du Cantre, en l'absence de Maurice Kamto, ses co-accusés et leurs avocats. Un recours à la Cour Supreme est envisagé par la Défense
617 vues
04/10/2019 - 13:57
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

La Cour d'Appel du Centre a confirmé mardi, le verdict rendu par le Tribunal de Première Instance, le 07 mars dernier. La demande en Habeas Corpus (Libération provisoire) de l'opposant Maurice et ses alliés politiques, a été rejetée. Un jugement pononcé en l'absence du leader du Mouvement pour la Renaissance du Cameroun (MRC), ses co-accusés, ainsi que leurs avocats. La Défense réclamant une audience publique, tandis que la juridiction a opté pour un jugement à huis clos. 

Dénonçant « une parodie de justice », les conseils de Maurice Kamto et compagnie ont immédiatement réagi au verdict. « Nous avons insité, la semaine dernière, que l'audience de notre client soit publique, mais la justice a décidé de faire un procès derrière les portes. On ne pouvait pas venir assister à cette mise à mort, alord qu'oon a voulu parler au Cameroun publiquement. Nous avons donc décidé que ni les avocats, ni nos clients, ne viendraient valider cette procédure. Si nous étions venu, cela aurait donné l'impression aux yeux du monde l'impression qu'il y'a eu un procès équitable », a expliqué Me Emmanuel Simh, membre du collectif d'avocats. 

Il faut dire que le procès du leader de l'opposition déchaine les passions. Autour du Tribunal, des dizaines de sympathisans du MRC sont massés pour apporter leur soutien à Maurice Kamto et ses alliés, Albert Dzongang, Paul Eric Kinguè ou encore le rappeur Valsero, lors de chaque audience. Des mouvements dont le tribunal ne semble pas s'accommoder. 

A l'audience de mardi encore, un important dispositif sécuriotaire a été déployé aux abords du Palais de Justice, afin de prévenir tout débordement. Selon les avocats du MRC, 17 personnes auraient été interpelées par les forces de sécurité, en marge de manifestations consécutives au verdict de ce mardi. 

Si des sources proches du parti d'opposition évoquent un possible recours auprès de la Cour Supreme, c'est davantage l'information judiciaire ouverte au Tribunal Militaire de Yaoundé contre Maurice Kamto et une cinquante de co-accusés, pour « rebellion, insurrection et hostilité contre la Patrie », qui va suivre son cours. 

 

Étiquettes: