Onglets principaux

Politique

Cameroun : Cabral Libii appelle les jeunes à candidater aux Municipales et Législatives

Cabral Libii, jeune leader politique et coordonnateur du Mouvement « 11 millions de citoyens » a saisi l’occasion de son message de fin d’année, le 31 décembre 2018, pour inviter les citoyens âgés de 23 ans révolus, à faire acte de candidature aux élections municipales et législatives 2019 au...
701 vues
01/03/2019 - 17:37
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Alors que son discours de fin d’année était très attendu par ses partisans et les sympathisants du mouvement « 11 millions de Citoyens », Cabral Libii, a de nouveau surfer sur un de ses principaux leitmotivs : inciter les citoyens camerounais, en particulier, à être partie prenante à la vie politique du pays.

Rappelant que tout citoyen « âgé de 23 ans révolus qualité pour candidater aux différentes élections qui auront lieu en 2019 », le candidat à la présidentielle 2018 (3ème, 6% des voix) a invité les jeunes à se lancer « à l’assaut des mairies et de l’Assemblée Nationale ». Appelant ainsi à « un engagement individuel et collectif » des citoyens camerounais.

Aussi, a-t-il annoncé dans son adresse, que le mouvement « 11 millions de citoyens », dont il est le coordonnateur, organisera « des Primaires citoyennes et ouvertes à tous les camerounais légalement qualifiés », dans le cadre des investitures aux élections municipales et législatives.

Un engagement collectif qui, selon Cabral Libii, passe également par une « mutualisation des forces politiques », notamment de l’opposition contre le pouvoir en place. Ce qui pourrait permettre aux formation politique de « produire une liste unique, collective et consensuelle de scrutateurs » pour les élections locales à venir.  

La Présidentielle 2018 a démontré à suffisance qu’aucune formation politique ne pouvaient déployer seule, des scrutateurs et représentants dans tous les bureaux de vote du pays. Le juriste de formation voit donc en cette éventuelle mutualisation, « une occasion de corriger les erreurs du passé » qui, selon lui, a empêché à l’opposition de faire basculer le récent scrutin présidentiel.

Le but étant de se donner les moyens de garantir une présence effective des représentants dans les bureaux de vote, une surveillance rigoureuse du vote et un contrôle scrupuleux du dépouillement. Permettant ainsi de mieux s’assurer de « la transparence des élections et de la vérité sortie des urnes », a-t-il estimé.

Étiquettes: