Onglets principaux

Politique

Cameroun : La CNDHL déplore les enlèvements dans l’Adamaoua

Dans son rapport 2017, la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés (CNDHL) signale, les cas d’enlèvements dans les centres urbains et les zones reculées de la région château d’eau.
383 vues
11/27/2018 - 12:41
Christine MBENGONO
rédactrice Cameroun-online

Selon la CNDHL, le phénomène d’enlèvements, de prises d’otages et de demande de rançon continue d’être pratiqué à grand échelle tant au centre urbain de Ngaoundéré, dans la région de l’Adamaoua, qu’en zone rurale notamment dans les villages où l’élevage des bovins est pratiqué. En novembre 2017, le gouverneur de la région a relevé en termes de statistiques que 46 cas d’enlèvements ont été signalés aux autorités administratives et judiciaires.

Pendant cette même période, 11 suspects ont été interpelés,15 otages libérés, 22 armes saisies, dont 20 de guerre et 02 de fabrication artisanale, ainsi que 58 boîtes de chargeurs et 1737 munitions. D’après le délégué régional du Ministère de l’Elevage des Pêches et des Industries Animales, qui prenait part à la rencontre, un montant de près d’un milliard FCFA a été versé aux ravisseurs depuis l’année 2016.

Ce phénomène affecte majoritairement les éleveurs et les membres de leurs familles vivant en zone rurale. A titre d’illustration, le 14 mars 2017, trois personnes ont été enlevées à Saltaka dans le département de la Vina. Il s’agit de Lawan Bakary, Alhadji Oumarou et Alhadji Bakary. Avant eux, Alhadji Amadou a été kidnappé 6 mois plus tôt et libéré après le paiement d’une rançon de plus de 20 millions FCFA à ses ravisseurs.

Les phénomènes d’enlèvements et de prises d’otages décriés par la Commission Nationale des Droits de l’Homme et des Libertés méritent d’être pris au sérieux. Ces phénomènes visent le paiement d’une rançon, la perpétration des crimes rituels, l’alimentation des réseaux de trafic d’êtres humains et le commerce des organes vitaux. Ces activités illicites sont récurrentes dans les milieux à forte paupérisation.

 

 

 

 

 

 

 

Étiquettes: