Onglets principaux

International

Libération sous conditions de Laurent Gbagbo par la CPI

La Cour pénale internationale a décidé ce vendredi 1er Février 2019, la libération de l’ex-président ivoirien et de son ancien ministre de la Jeunesse, Charles Blé Goudé, sous de nombreuses conditions qui restreignent leurs mouvements.  
616 vues
02/02/2019 - 13:51
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Après Sept ans d’emprisonnement, ils respirent à nouveau l’air de la liberté. Laurent Gbagbo et Blé Goudé, respectivement ex-président et ex ministre ivoiriens ont été libérés hier  par la CPI. Leur libération survient après leur acquittement le 15 janvier 2019, des crimes contre l’humanité commis lors des violences post électorales de 2010-2011 en Côte d’ivoire.  

Lire aussi : La CPI ordonne la libération de Laurent Gbagbo et Blé Goudé

Une nouvelle qui avait déjà suscité beaucoup de joies auprès des personnes acquises à la cause de Laurent Gbagbo notamment son épouse qui avait réagit sur son compte Facebook « Le mensonge part toujours en premier, mais il se fait toujours rattrapé par la vérité ». La vérité s’impose aujourd’hui au monde entier. GBAGBO Laurent est innocent. BLE GOUDE est innocent. »Avait déclaré l’ex première Dame.

Une libération sous fond de conditions très restrictives. La décision de la cour d’appel a été prise à l'unanimité des cinq juges de la chambre, qui ont détaillé dans un document de trente pages les conditions de leur libération. Ces conditions correspondent point par point à ce que le bureau du procureur avait demandé.  La toute première étant l’interdiction aux ex détenus de retourner dans leur pays d’origine à savoir la Côté d’ivoire et qu’un Etat veuille bien les accueillir.

La chambre d’appel estime d’ailleurs qu’il y a un risque de fuite des acquittés. A ce titre, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devront pointer une fois par semaine auprès des autorités de leur pays de résidence. Ils ne pourront se déplacer qu’au sein de la municipalité des pays hôtes. Au besoin d’un déplacement à l’étranger, ils devront donc demander une autorisation préalable à la CPI.

En plus d’une restriction de mouvement, L’ex Présidente et son codétenu, sont restreints d’expression. Il leur est interdit d’interagir avec des témoins et des s’exprimer sur cette affaire auprès de la presse. Des mesures de la qui s’apparentent à une quasi assignation à résidence.

Pour rappel, Les deux co-accusés avaient plaidé non coupable, et introduit récemment des demandes de libération conditionnelle auprès de la Cour. Demandant notamment un non-lieu total en octobre 2018, après plus de 2 ans de prospects. Les avocats de Gbagbo et Blé Goudé estimant que l’accusation ne dispose pas d’éléments suffisants pour prouver les charges « au-delà de tout doute raisonnable ».

Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé pourraient dans les prochains jours, regagner la Belgique, qui s’est dite prompte à les accueillir. Il convient tout de même de préciser que l’accusation pourrait faire à tout moment, un appel de l’acquittement des deux ivoiriens, en cas de nouvelles preuves les inculpant. L’affaire Gbagbo est donc loin d’être complètement terminée !

 

Valère WEDA, Stagiaire

Kobe 10 Mentality

Étiquettes: