Onglets principaux

Economie

Economie : 200 milliards de FCFA perdus dans le transit de marchandises

200 milliards de FCFA perdus dans le transit de marchandises. Des pertes enregistrées entre 2014 et 2017 et qui seraient dues aux tracasseries endurées sur la côte et les corridors nationaux.
789 vues
07/23/2018 - 14:28
Christine MBENGONO
rédactrice Cameroun-online

Selon le Directeur Général du Port Autonome de Douala Cyrille Ngo’o, la chute du trafic en transit affecte beaucoup les recettes de l’Etat. De l’avis des transporteurs, les pertes évaluées à 200 milliards FCFA émanent des pratiques malsaines. Des agents corrompus demandent une somme de 140.000 FCFA par voyage. Au finish, on se rend compte que 2 milliards ont atterri dans les poches des individus.

La croissance économquie se trouve ainsi sacrifiée sur l’autel des intérêts personnels. La mise en œuvre des recommandations issues du deuxième forum tripartite Tchad-RCA-Cameroun est largement hypothéquée. Rappelons que le forum s’est tenue du 12 au 14 décembre 2017 à Ndjamena. L’amélioration des conditions de circulation des marchandises dans les ports de Kribi et de Douala demeure le principal défi à relever.

Le Cameroun doit conforter sa position de pays de transit par excellence et réviser le cadre réglementaire. Cela passe par l’accélération du processus de relecture des textes afin de les adapter aux exigences de l’heure. Doivent entrés de ligne de compte, l’accueil et le séjour des navires dans les ports du Cameroun, la création des hubs, l’aménagement des plateformes d’éclatement et l’élaboration d’une politique tarifaire incitative.

Pour acheminer le fret vers les pays d’Afrique Centrale dépourvus de façade maritime, on a mis sur pied des corridors. Il y a le corridor Trans-équatorial et le corridor Trans-camerounais. Les conditions de navigation dans ces circuits se sont considérablement dégradées. Au cours de ces dernières années, les trafics tchadiens et centrafricains ont beaucoup décliné. Ces corridors constituent un instrument de promotion de l’intégration sous régionale.

©Lucien Embom

Étiquettes: