Onglets principaux

Economie

Cameroun : 250 milliards perdus à cause de la contrebande

Selon une étude sur l’Opération baptisée Halte au Commerce illicite (HALCOMI), l’Etat perd 250 milliards FCFA chaque année à cause de la contrebande.
611 vues
01/02/2019 - 12:18
lucien embom
Journaliste

Le phénomène de la contrebande constitue un poison pour l’économie nationale. Les pertes annuelles du Cameroun se chiffrent à 250 milliards FCFA par an. La Direction Générale des Douanes (DGD) indique que le gros des pertes liées à la contrebande est enregistré dans les échanges entre le Cameroun et ses partenaires extérieurs. La frontière de 1500 kilomètres entre le Nigeria et le pays de Martin Paul Samba, favorise la contrebande.

Depuis leur origine, les commerciaux entre le Cameroun et le Nigéria se font essentiellement par le truchement de la contrebande. Après avoir été interrompue entre 1967 et 1970 par la guerre de sécession biafraise, la contrebande a repris et atteint des proportions inquiétantes au fil des années. L’abondance des produits manufacturés « Made in Nigeria » n’est plus à démontrer sur les marchés du Cameroun.

Les produits nigérians l’emportent en quantité et variété sur les articles de fabrication locale. Les pénuries périodiques de certains biens de base facilitent l’essor de la contrebande. Au Cameroun, les populations ont constamment de la peine à s’approvisionner en savon, sucre, produits pétroliers, cigarettes, pièces automobiles, vêtements et chaussures. Cette situation est propice au développement des échanges commerciaux illicites.

De l’avis des économistes, la contrebande est due à l’insuffisance du contrôle douanier et à la complicité des agents de la douane. Au Cameroun, nombre de postes frontières fonctionnent sans bureau de douane. Il faut préciser que les contrebandiers jouissent le plus souvent d’une protection officielle. Les échanges commerciaux avec le Tchad et la République Centrafricaine engendrent aussi des pertes économiques considérables.  

 

 

Étiquettes: