Onglets principaux

Economie

Cameroun – Guinée Equatoriale : Concertation autour de la réalisation d’un pont reliant les deux pays

Des délégations des deux pays ont tenu, le 1er février 2019 à Douala, la 2è réunion relative à la réalisation d’un pont sur le fleuve Ntem, sur le corridor Kribi-Campo au Cameroun et Bata, en Guinée Equatoriale
578 vues
02/04/2019 - 12:56
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Les travaux tenus vendredi dernier ont donné lieu à une concertation entre le ministre camerounais délégué en charge de l'Economie, Paul Tasong et le ministre équato-guinéen en charge de l'Intégration régionale, Baltasar Engonga Edjo'oLe Ministre camerounais, à propos de la réalisation du projet de construction d’un pont sur le fleuve Ntem, reliant les deux pays.

Selon le ministre camerounais, Paul Tasong, « c’est un projet intégrateur qui établit la possibilité de mouvement entre les deux pays. Une fois ce projet réalisé, nous aurons une autre possibilité de voyager par voie terrestre à travers le Cameroun et la République de Guinée équatoriale ».

Au terme de cette 2ème réunion entre les deux pays, le communiqué final a indiqué que l’ouvrage se déclinera comme « un pont caisson en béton précontraint construit par encorbellements successifs comme solution de base et pont à structure mixte acier béton en solution variante ». Cependant, le rapport a également a mis en exergue des divergences au sujet du tracé de l’ouvrage.

La partie camerounaise estimant que le tracé situé à 450 mètres de l’embouchure du fleuve Ntem serait le plus avantageux. Celui-ci s’inscrivant en parfaite adéquation avec « les perspectives de développement de la ville de Campo, au Cameroun », a argumenté la délégation camerounaise.

De son côté, la partie Equato-Guinéenne privilégie la deuxième option de tracé, situé à 250 mètres de l’embouchure du Ntem. Présentant comme arguments, des perspectives de développement de la ville de Rio Campo, en Guinée équatoriale.

Toutefois, « les discussions ont convergé vers une variante consensuelle qui sera développée dans la suite du projet. L’annexe 1 au mémorandum d’entente, arrêtant le choix définitif de la variante, sera signée en alternat à la diligence de la Ceeac au plus tard le 15 mars 2019 », indique le document.

Le projet d’intégration sous-régionale qui date de 2012 – 2013 a un cout estimé à 2 milliards FCFA. Depuis 2013, la Banque africaine de développement (Bad) a donné son accord de principe pour l’octroi du financement nécessaire à la construction de l’ouvrage.

air max 90 essential womens

Étiquettes: