Onglets principaux

Santé

Cameroun- Reconstitution des ressources du Fonds Mondial : Paul BIYA annonce 04 milliards de FCFA.

04 milliards de FCFA, c’est la somme annoncée par le Cameroun, comme étant sa quote-part, à la reconstitution des ressources du Fonds Mondial de lutte contre le PALUDISME, le VIH/SIDA et la TUBERCULOSE, dont Lyon abritait la sixième conférence.
1,530 vues
10/10/2019 - 12:39
Christian-ESSIMI
Christian ESSIMI
Rédacteur web
Cameroun- Reconstitution des ressources du Fonds Mondial : Paul BIYA annonce 04 milliards de FCFA.

La situation du Cameroun semble plus honorable, à la sixième conférence de reconstitution des ressources du Fonds Mondial, qui se tient à Lyon en France, et à laquelle, le pays était représenté au plus haut sommet de l’Etat par son Président de la République Paul BIYA. Déjà, sur le rôle et la participation du Cameroun dans la lutte contre le VIH/SIDA, le PALUDISME et la TURBERCULOSE au cours des prochaines années, beaucoup en sont fixés sur ses intentions à venir. Paul Biya et son gouvernement entendent mettre à disposition du Fonds Mondial, 04 Milliards de FCFA, représentant leurs efforts, au terme de cette quête de solidarité destinée à sauver 16 millions de vies, menacées par ces trois épidémies du siècle.

Occasion idoine donc, pour la délégation qui accompagne le Chef de l’Etat Camerounais à ces assises, de vanter le bon déroulement des travaux de Lyon, à travers des Tweets, à l’instar de celui du Ministre de la Santé Publique, Manaouda MALACHIE, qui fait savoir ce qui suit : « Après les interventions d'aujourd'hui à Lyon, la lutte contre le VIH, le Paludisme et la Tuberculose revêt de nombreux visages. Je saisis également l’occasion pour rappeler que le Cameroun n’est pas sanctionné par le Fonds mondial et que nos arriérés sont inférieurs à 7 milliards de FCFA. »

  Sortie de satisfaction donc, aux allures de mise au point, autour des réserves émises jusqu’ici par la société civile, sur les cotisations Camerounaises auprès du Fonds Mondial, qui manquent d’opérationnalisation concrète. Mais il reste un doute quant à leur versement effectif puisque, le Tweet du Ministre de la Santé ne précise aucunement le versement formel de ces arriérés.

Cependant, la détermination des travaux de Lyon a pu se lire dans les attitudes de quelques dirigeants de pays mondiaux, qui, conscients de l’ampleur des dégâts à venir si rien n’est fait aujourd’hui, n’ont pas hésité à pousser les uns et les autres au dépassement de belles théories sans lendemain, en les invitant à user de la grammaire des actions concrètes et immédiates. C’est le cas du Président Français, Emmanuel MACRON, qui, dans un propos sans ambiguïté aucune, posait le préalable de la fermeture des assises de Lyon en ces termes : « Personne ne quittera Lyon tant que les 14 milliards de dollars ne seront pas atteints ». Façon de dire à tous que sans remplir cet objectif, la rencontre de Lyon ne servirait à rien du tout.

C’est ici qu’il convient de convoquer quelques chiffres, pour attester des dégâts causés par ces trois épidémies. D’abord, l’infection à VIH/SIDA, considérée comme étant la première cause mondiale de mortalité précoce chez les femmes âgées de 15 à 49 ans, tout en causant plus de 05% des Handicaps chez les adultes de la même tranche d’âges. Ensuite, la Tuberculose. Maladie infectieuse, présentée comme la plus mortelle au monde, avec plus de 10 millions de nouveaux cas par an, et en emportant environ 1,8 millions de vies chaque année. Enfin, le Paludisme qui, en 2016 a infecté environ 216 millions de personnes, occasionnant ainsi 445 000 décès, dont 285 000 enfants de moins de cinq ans dans le monde.

Cette contribution Camerounaise à ces assises de Lyon en France, fait suite au vaste plaidoyer mené par la société civile, laquelle, n’a lésiné sur aucun moyen pour atteindre son objectif. Avec cette annonce relative à la mise à disposition d’une enveloppe de 04 Milliards de FCFA par le Cameroun, cette société civile tient là entre les mains le fruit de son dur labeur. Pour autant, la bataille ne s’arrêtera pas. Ben au contraire.

Étiquettes: