Onglets principaux

Afrique

Culture : Un Musée des civilisations noires inauguré à Dakar

Lancé il y’a 50 ans par le tout premier président du Sénégal, Léopold Sédar Senghor, le Musée des civilisations noires (MCN) a ouvert ses portes le jeudi 6 décembre 2018, à Dakar, la capitale sénégalaise.
377 vues
12/07/2018 - 12:07
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

C’est un joyau architectural doublé d’un patrimoine culturel africain fort en symboles, qui a été inauguré hier dans la capitale sénégalaise par l’actuel président, Macky Sall. C’était au cours d’une longue cérémonie, riche en discours et retransmise en direct sur les antennes de la télévision nationale du Sénégal.

Le temps d’un brillant exposé, le président du Comité scientifique de l’édifice, a dévoilé les avantages du MCN pour le peuple africain et sénégalais en particulier, avant de le présenter comme une référence mondiale de la production intellectuelle et culturelle du monde noir

« Le Musée des civilisations noires sera d’un grand apport dans plusieurs secteurs. Parmi lesquels l’éducation artistique et l’enseignement professionnel, la recherche en matière de prospection qualitative et quantitative relative à la consommation culturelle, la diplomatie culturelle attachée à une circulation des artistes du monde noir. Après avoir exploré les remarquables expositions présentes au sein de ce Musée, je peux affirmer que le travail a été fait et bien fait », a-t-il déclaré. 

Un investissement chinois

Construite en forme de cercle, l'architecture s'inspire des maisons traditionnelles typiques du sud du Sénégal. La construction de cette sauvegarde des richesses culturelles et de l’identité africaine a été rendue possible grâce un financement de la chine à hauteur de 34 millions de dollars soit près de 18 milliards et sept cent millions en FCFA.  

L’idée de la création de ce Musée a été formulée par l’ancien président et poète du Sénégal, Sédar Senghor, lors du premier festival mondial des arts nègres en 1966 à Dakar. C’est finalement à partir de 2011 que les travaux ont débuté sous le magister d’Abdoulaye Wade, avant que le ruban d’ouverture ne soit coupé sept ans après par Marky Sall.

D’une surface de 14 000 m2, il pourra accueillir 18 000 pièces, allant de vestiges des premiers hominidés, apparus en Afrique il y a plusieurs millions d’années, aux créations artistiques actuelles, selon son directeur, Hamady Bocoum. Celui-ci ajoute que, le MCN revendique le statut de musée moderne où l’on peut maîtriser la température et l’humidité dans chacune des salles.

 L’attention des visiteurs y est retenue par la présence des cranes, d’outils en pierre, de peintures, sculptures, masque et autres objets d’arts en provenance de divers pôles de l’Afrique. 

Vers une restitution du patrimoine africain par la France ?

L’ouverture de ce Musée, a également été une occasion pour le Sénégal de demander une restitution de ses œuvres d’arts à la France. Pour le même prétexte, l’écrivaine française Bénédicte Savoy et l’écrivain sénégalais Felwine Sarr ont rédigé et publié un « rapport sur la restitution du patrimoine africain », remis à Emmanuel Macron le 23 novembre 2018.

Ce rapport sous forme de plaidoyer éthique et politique, exige à la France de restituer jusqu’aux détails les objets du Bénin, Sénégal, Nigéria, Ethiopie, Mali et Cameroun afin de leur « donner des gages de confiance », ont expliqué les auteurs.

Le Ministre sénégalais de la culture, Abdou Latif Coulibaly s’est dit prêt à trouver les moyens pour récupérer les objets si les responsables français décidaient définitivement de restituer des œuvres « S’ils ont décidé une autre forme de restitution, dépôt ou prêt, nous sommes disposés à trouver des solutions avec la France », a-t-il précisé. 

Le Musée des civilisations noires du Sénégal, vient donc assurément ouvrir une nouvelle page dans l’histoire de la conservation du patrimoine culturel et artistique africain. Et c’est loin d’être terminé. Le Bénin, qui réclame la restitution de 26 œuvres à la France, annonce dès 2020, l’ouverture de quatre Musées modernes.

 

Valère WEDA, Stagiaire

Étiquettes: