Onglets principaux

Actualités

Cameroun : Mgr Christophe Zoa reconnaît la valeur de Belinga Eboutou

Lors des obsèques de Martin Belinga Eboutou qui se sont déroulées ce week-end, l’évêque de Sangmelima a reconnu la valeur intrinsèque du disparu dans un bain de catéchèse.
362 vues
06/10/2019 - 12:22
lucien embom
Journaliste

« Celui-là même qui nous réunit aujourd’hui n’est plus à présenter. La longueur de ses curricula studiorum et vitae disent long sur la valeur intrinsèque de la personne et sur les aspects de sa vie. Trois aspects marquent cette longue vie bien remplie : Martin, c’est le père de famille ; Martin, c’est le grand commis de l’Etat ; Martin, c’est le fidèle du diocèse de Sangmelima, » a lancé Monseigneur Christophe Zoa.

Pour le serviteur du Christ, Belinga Eboutou est donc un père, fondateur d’une grande famille, et ses enfants sont allés lui dire au revoir. A en croire Christophe Zoa, l’ancien DCC est un grand commis de l’Etat, qui a voué sa vie entière au service de l’Etat. La République doit lui rendre hommage, nonobstant les caricatures. C’est la Pâques du disciple du Christ, de l’engagé fidèle du diocèse de Sangmelima que toute la communauté de foi est allée célébrer.

De l’avis de Mgr Zoa, le déchaînement des passions négatives autour des funérailles de Belinga Eboutou a amené les gens à se rendre compte à la fois de la méconnaissance de la doctrine de l’Eglise sur la célébration des funérailles, à commencer par les ministres mêmes de ce sacramental, et de la pollution de la pastorale de l’Eglise par des considérations très souvent politiques, et donc étrangères à la mission première de l’Eglise, à savoir le salut des âmes.

Selon le patron du Diocèse de Sangmelima, l’ancien séminariste Martin, n’aurait opposé aucune objection à ce que ses funérailles servent à la restitution fidèle de la doctrine de la Sainte Eglise. Peut être enterré selon le rite catholique romain, celui qui a été baptisé dans la foi catholique. « Cette réponse à la limite de la banalité est pourtant ce qui a échappé au plus grand nombre dans le procès asymétrique qui a été engagé ces jours contre celui qui ne peut plus défendre sa propre cause, » relève Monseigneur Zoa.

Mgr Zoa précise que du point de vue juridique, le baptême fait du baptisé un membre de la communauté chrétienne, et, par voie de conséquence, lui confère un statut juridique dans l’Eglise. Sujet de droit au sein de la communauté, le baptisé a ainsi des devoirs, par exemple participer à la mission de son Eglise, mais aussi d’y jouir de ses droits. Parmi les droits du baptisé, il y a le droit à être assisté par l’Eglise lors des moments de souffrance.

 

Air Jordan XVIII 18

Étiquettes: