Onglets principaux

Actualités

Cameroun-Crise anglophone : Les séparatistes incendient le bureau d’ELECAM dans le Nord-Ouest

Ils veulent mettre en péril la tenue du double scrutin dans les régions anglophones.
383 vues
01/09/2020 - 12:06
Florelle SATEU
Florelle SATEU
Journaliste
Cameroun-Crise anglophone : Les séparatistes incendient le bureau d’ELECAM dans le Nord-Ouest

A un mois de la tenue des élections municipales et législatives du 9 Février 2020, les séparatistes anglophones multiplient les exactions dans les régions du Nord-ouest et du Sud-Ouest. Le 07 Janvier 2020, le bureau d’ELECAM du Donga Mantung dans la région du Nord-Ouest a été incendié. Les accusations pèsent sur les séparatistes anglophones, qui ont annoncé une semaine avant, leur intention de perturber la tenue du double scrutin dans les régions en crise. Le « Haut commandement » des « Forces militaires d’Ambazonie » a annoncé cinq jours de l’opération « Lock down » sur « toute l’étendue » de ces régions. Ce « verrouillage » débutera précisément le 07 février 2020 pour s’achever le 12 du même mois.Les séparatistes ont averti que « toute personne vue à l’extérieur des villes et des villages sera considérée comme un ennemi et traitée comme tel ».

Au moment où la pression monte du côté des officiels de Yaoundé, plusieurs questions se posent. Le président Biya réussira-t-il à stabiliser la situation avant la date de ces échéances électorales ? il a dûment « pris en compte l’évolution actuelle » de la situation dans les régions anglophones, avait assuré René Emmanuel Sadi au cours d’un point de presse le 4 Janvier 2020. « Il saura prescrire toutes les mesures nécessaires pour garantir le bon déroulement des élections dans ces régions », avait-t-il affirmé, en réponse aux partis politiques de l’opposition qui souhaitent un report de ces élections en raison de la situation de crise qui se vit en zone anglophone.

 « Le mandat des députés et des conseillers municipaux a été prorogé à deux reprises, et ce, conformément aux dispositions de l’article 15 de la Constitution », a ajouté René Emmanuel Sadi, affirmant que ces prorogations, « sont clairement encadrés par la loi, et ne sauraient, par conséquent, être indéfinies ».

En effet, le président Biya avait affirmé son intention de « combattre » les séparatistes anglophones, pour que la paix et la stabilité règnent. Pour joindre la parole à l’acte, un contingent de 350 gendarmes a été dépêché le 7 Janvier 2020, dans la région du Sud-Ouest, question de renforcer la sécurité et permettre aux citoyens d’accomplir leur devoir. Le Président Paul BIYA semble bien déterminé à maintenir la date de ce prochain scrutin, prévu dans un mois exactement.

 

Étiquettes: