Onglets principaux

Actualités

Cameroun : 4 soldats tués dans l'explosion d'une mine à l’Extrême-Nord

Au moins 4 soldats du Bataillon d'intervention rapide (BIR) de l'armée camerounaise ont trouvé la mort dans l'explosion d'une mine, ce vendredi 12 avril 2019
398 vues
04/13/2019 - 14:19
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

Les 4 soldats ont été tués dans l'explosion de leur véhicule qui a roulé sur un engin explosif imporvisé, près de la fontière avec le Nigéria, dans la région de l'Extreme-Nord. Une mine probablement placée par des membres du groupe terroriste Boko Haram qui opèrent dans la région. 

« Un véhicule du Bataillon d'intervention rapide (BIR, unité d'élite de l'armée déployée dans l'Extrême-Nord pour combattre Boko Haram) est passé sur une mine vers 10h dans une zone située entre les localités de Gouzda-Vréket et Vouzi », a confié une source sécuritaire, citée par l'AFP. D'autres sources indiquent qu'un soldat est mort immédiatement après l'accident. 

Alors qu'une dizaine d'autres soldats ont été blessés, trois d'entre eux ont succombé à leurs blessures peu après. Les corps des victimes ont immédiatement été placés à la morgue de l'hôpital régional de Maroua, où certains blessés graves sont actuellement sous soins intensifsn a-ton appris. 

De sources militaires, la pose d'engins explosifs faisan,t office de mines anti-personnelles, est une pratique courante des djihadistes de la secte islamiste Boko Haram. En plus de leurs attaques sporadiques et autres actes d'enlèvements d'hanitants, dans des localités de la région de l'Extreme-Nord. 

Dans la nuit du samedi 06 avril 2019 déjà, au moins trois soldats camerounais de la Force Multinationale Mixte (FMM) ont été tués, au cours de violents affrontements contre des assaillants du groupe terroriste, provenant du Nigéria voisin. Les combats, entre les localités de Ardeben au Cameroun et Dambore, au Nigeria, étaient en effet venus rappeler que meme affaibli, Boko Haram demeure dangeureux. 

La coalition des pays de la sous-région, matérialisée par la Force Multinationale Mixte a contribué à réduire la menace Boko Haram, sans qu'une issue à la guerre ne semble iminente. De son coté, le Cameroun a crée fin 2018, un Comité National de Désarmement, Démobilisation et de Réinsertion  pour accueillir les ex-combattants de la secte terroriste. Pour l'heure aucun signe majeur de reddition des combattants terroristes n'a été enregistré. 

Étiquettes: