Onglets principaux

Actualités

Cameroun – Affaire Mimi Mefo : Les journalistes se mobilisent

Suite à la détention provisoire de la journaliste Mimi Mefo, à la prison centrale de New Bell, à Douala, le Syndicat National des Journalistes du Cameroun a décidé de boycotter les actions du Gouvernement pendant 10 jours, à compter du jeudi 08 novembre 2018.    
546 vues
11/10/2018 - 11:47
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

 C’est ce qui ressort de la session extraordinaire du bureau exécutif du Syndicat National des Journalistes du Cameroun (SNJC) tenue le jeudi 8 novembre 2018 à Douala. Cette réunion a été convoquée suite à l’incarcération de la journaliste d’expression anglaise Mimi Mefo Takambou, rédactrice en chef adjointe à Equinoxe télévision.

Dénonçant le péril de la liberté de presse et des autres scandales qui pourront advenir, le SNJC a exprimé son mécontentement. A cet effet, il a fait des déclarations dont la plus importante est le boycott des activités du gouvernement pendant 10 jours.

Le bureau exécutif du SNJC se chargera lundi 12 novembre de rendre publique le mot d’ordre. En attendant le jour-dit, qui marquera d’ailleurs la première audience de l’accusée, le syndicat lance un appel de mobilisation à tous les journalistes camerounais. Le but de cette mobilisation est de soutenir massivement la journaliste au cours de son audience qui se tiendra au tribunal militaire de la région du Littoral.

En effet, l’incarcération de la journaliste du media audiovisuel de Severin Tchounkeu est survenue dans la nuit du 07 novembre dernier à Douala.  Elle a été saisie aux environs de 21 heures par les forces de l’ordre et traduite devant le tribunal militaire. La juridiction retient contre cette dernière, les chefs d’accusation de « propagation de fausses nouvelles et cybercriminalité ».

Elle est accusée d’avoir affirmé sur les réseaux sociaux (Sur Twitter, notamment) que les soldats camerounais sont à l’origine de l’assassinat du missionnaire américain Charles Truman Wesco.

Lire aussi : Cameroun : Un missionnaire américain tué dans le Nord-Ouest

Ce qu’a formellement démenti le Gouvernement, par la voix du Ministre en charge de la Défense et celle du Ministre de la Communication, porte-parole du Gouvernement. Imputant la responsabilité de l’assassinat du citoyen américain à des « terroristes », en activité dans la région.

Le pasteur a été victime de tirs au cours d’un affrontement entre séparatistes et soldats camerounais, le 30 octobre dernier dans la région du nord-ouest, une des zones anglophones en crise, et a succombé à ses blessures.

Pour Mathieu Nathanaël Njock, secrétaire national du SNJC, « elle n’a commis aucune faute ! Elle n’a fait que relayer une information en citant la source qui se trouve être une agence de presse bien connue » a-t-il expliqué.

D’ores et déjà, le SNJC a constitué un collège d’avocats pour assurer la défense de Mimi Mefo. En tout état de cause, le procès qui s’ouvre lundi 12 novembre, permettra de faire la lumière sur cette affaire.

 

Florelle SATEU, stagiaire

Étiquettes: