Primary tabs

Politique

Cameroun : Akere Muna s’engage à travailler pour une solution à la crise anglophone

S’adressant à la nation camerounaise à l’occasion de son message de fin d’année, le leader du mouvement politique « Now » s’est engagé à trouver les solutions à la crise anglophone et a invité les camerounais à se pardonner mutuellement.
670 vues
01/03/2019 - 17:25
Mike Biya
Rédacteur cameroun-online

C’est dans une vidéo de onze minutes que Me Akere Muna s’est adressé à ses concitoyens le 31 décembre dernier, circonstance de son discours de fin d’année devenu rituel depuis quelques temps.   

La crise anglophone a été le point central de son message. Avant de proposer des solutions, il a fait un bilan de cette crise  évaluée à plus de 1 000 victimes.  En faisant allusion à un sondage rendu publique, il a indiqué que le Cameroun fait désormais parti du top 10 des pays dont les conflits sont à surveiller à coté du Yémen, de l’Afghanistan, Syrie, Libye et bien d’autres pays. 

Pour le président du mouvement Now, il est temps que le Cameroun trouve une solution à ce problème qui dur en mettant sur la scène toutes les parties liées à la crise. « Il est important que chaque initiative de guérison soit holistique, il est tout à fait irréaliste d’imaginer la possibilité de traiter une partie du problème. Un plan doit ramener nos concitoyens à la normalité cela implique entre autres de raccompagner les habitants dans leur village, de les aider à reconstruire leur vie, de clarifier le sort de tous  prisonniers appréhendés à la suite de la crise et de définir les paramètres d’un dialogue inclusif » a-t-il affirmé.

En rappelant que le système de gouvernance actuel a montré toutes ses limites à cette crise au détriment du citoyen, il s’est engagé à « continuer à travailler pour faire partie de la solution pour guérir notre patrie au cours de la prochaine année ».

L’ex bâtonnier de l’ordre national des avocats du Cameroun a également fait allusion au retrait de la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (Can) au Cameroun pour exprimer sa désolation.

Avant de présenter ses vœux au camerounais pour l’année 2019, qui vient de s’ouvrir, il a invité ces derniers à regarder au-delà de leur souffrance, de leur amertume et d’avoir une conversation honnête pour entamer un véritable processus de guérison de la patrie camerounaise.

 

Valère WEDA, Stagiaire

Tags: