Les quotidiens marocains parus ce vendredi se focalisent sur nombre de sujets notamment le lancement du nouveau groupe parlementaire d’amitié maroco-mauritanienne, le stress hydrique et l’augmentation des décès liés à la Covid-19.+Le Matin+ rapporte que les activités du nouveau groupe parlementaire d’amitié maroco-mauritanienne ont été lancées mercredi à Nouakchott, au niveau de l’Assemblée nationale mauritanienne, le stress hyrique

Le nouveau groupe comprend 20 députés, représentant toutes les tendances politiques mauritaniennes, aussi bien de la majorité que de l’opposition. La composition du groupe d’amitié est renouvelée à la suite de chaque élection parlementaire, qui se tiennent en Mauritanie tous les cinq ans.

S’exprimant lors de la cérémonie du lancement des activités de ce nouveau groupe d’amitié, le premier vice-président de l’Assemblée nationale mauritanienne, Hamadi Ould Meimou, a affirmé que la Mauritanie et le Maroc entretiennent des liens étroits depuis des siècles, qui ont constitué le socle d’une coopération remarquable et qui se renforcent encore aujourd’hui grâce à la volonté des dirigeants des deux pays.

+Al Massae+ fait savoir que le risque du stress hydrique auquel fait face le Maroc a été au coeur du rapport national relatif à la mise en oeuvre des Objectifs du développement durable (ODD).

Ainsi, le rapport, établi par le Haut-Commissariat au Plan (HCP), révèle que les prélèvements d’eau à partir des retenues des grands barrages se sont élevés à 4.030 m3 durant l’exercice 2018/2019 dont environ 80% destinés au secteur agricole.

Le rapport s’est également arrêté sur les principaux défis auxquels fait face le secteur de l’eau et de l’assainissement, soulignant que le Maroc, à l’instar de plusieurs autres pays, n’est pas à l’abri des répercussions des changements climatiques, qui ont un impact considérable sur les capacités hydriques du pays. La part de l’eau disponible par habitant ne cesse de rétrécir passant d’environ 2560 m3/habitant /an en 1960 à 620 m3 en 2019, prévient le HCP, ajoutant que le coût élevé des projets de mobilisations des eaux non conventionnelles constitue également un défi majeur.

+Al Ahdath Al Maghribia+ révèle que la difficulté d’accès aux soins est l’une des raisons principales qui expliquent la forte augmentation des décès liés à la pandémie de Covid-19 au Maroc.

Chaque jour, on enregistre entre 35 et 49 morts liées à cette pandémie. Ceci intervient alors que de nouvelles mesures pour freiner la propagation du virus ont pourtant été prises, constate la publication.

Donnant la parole à des professionnels de la santé, le quotidien insiste d’abord sur l’aspect critique de la situation. Les derniers bilans de la pandémie appellent en effet à la responsabilité de chacun d’entre nous dans le respect des mesures de prévention sanitaires. Selon Mouad El Mourabit, coordinateur du Centre national d’opérations d’urgence en santé publique, ceci est nécessaire aujourd’hui plus que jamais, au regard de la situation qui prévaut.

Cette situation, comme le rapporte le journal, est d’abord marquée par une saturation progressive des lits dans les hôpitaux. Cette saturation est d’autant plus problématique que le nombre de cas graves nécessitant une prise en charge est en constante augmentation. À titre d’illustration, au 14 octobre, on en comptait déjà 525, dont près d’une soixantaine sous intubation.

Cet article Diplomatie, économie et santé au menu des quotidiens marocains est apparu en premier sur Journal du Cameroun.

Read More
Journal du Cameroun

Share:

Avatar