Déclaration de circonstance à propos du professionnalisme, de l’éthique sociale et de la morale publique dans les forces de défense et de sécurité camerounaises

Réfuter que notre pays est en guerre, une guerre non voulue dans au moins trois des dix régions, ne serait ni honnête ni réaliste. Nous sommes petit à petit passés, des opérations courantes de protection des personnes et des biens donc de maintien de l’ordre, à des opérations de combat de plus en plus évidentes, même si la prédominance de l’asymétrie des stratégies, impose quelques réserves.

On dit de la guerre, de ses stratégies, de ses opérations, de ses ciblages et des dégâts directs et collatéraux qui en résultent, que la perfection et par conséquent la satisfaction à cent pour cent, n’est jamais dans l’ordre des finalités.

Mais de prime abord, il est possible d’asseoir de façon incontestable, à partir d’une observation honnête sur la formation, la préparation et le commandement des forces, une conviction sur le professionnalisme, l’éthique sociale et la morale publique de l’ensemble du système.

Au regard de ce qui précède, il y a lieu de s’interroger vivement, sur les commentaires d’une extrême virulence voire d’une réelle imprudence pour ne pas dire tout simplement ignorance, entendus ces derniers jours, de certaines personnes, organisations, leaders d’opinion et responsables politiques, concernant les forces de défense et de sécurité camerounaises. La

volonté d’accuser, de condamner, de décrédibiliser et de salir, semble prendre le pas sur l’objectivité de circonscrire une bavure à ses justes dimensions, significations et importances.

Le MPDR tient à rappeler, que le Cameroun est l’un des tous premiers pays en Afrique, dès les lendemains des indépendances, à mettre en place des écoles de formation de toutes les catégories des forces de défense et de sécurité. De nombreux hauts responsables des armées du continent voire même des responsables politiques, chefs d’Etat y compris, en sont issus et nous vouent une reconnaissance sans limites.

Le MPDR rappelle, que les enseignements contenus dans les divers programmes, offrent un niveau élevé non seulement de connaissances des stratégies militaires et sécuritaires, (l’EMIA, à l’Ecole de gendarmerie et à l’Ecole de police), mais impliquent également et de façon avérée et soutenue, une imprégnation tant académique que pratique, des dispositions des instruments internationaux en matière de protection et de promotion des Droits de l’Homme et des Libertés fondamentales. Le Cameroun a ratifié la plupart de ces conventions et traités.

Le MPDR fait connaître, que la conséquence de cette attention et de ce sérieux pour la formation des forces de défense et de sécurité dans notre pays, est la confiance du Conseil de sécurité de l’ONU qui sollicite depuis plus de trois décennies, le Cameroun pour la mise à disposition des contingents, dans diverses opérations à travers le continent. Par ailleurs, le choix de Yaoundé pour abriter l’Ecole internationale de guerre, n’est pas un hasard.

Le MPDR tient donc à décrier, les dénigrements, les mensonges ainsi que toutes les intentions malsaines, qui sont propagées après chaque bavure dans le cours des opérations sur le terrain.

Le MPDR réitère sa ferme condamnation des indélicatesses, des fautes et des défaillances observées de temps en temps sur le terrain, et recommande un plus grand suivi des troupes, un meilleur éveil du commandement à tous les niveaux, de même qu’une plus grande attention sur la psychologie du soldat.

Le MPDR félicite et loue la volonté des plus hautes instances de la gouvernance politique et du commandement militaire et sécuritaire de notre pays, pour la transparence avec laquelle, chaque glissement inacceptable, chaque faute, chaque bavure est rapidement traitée, pris en charge, analysée, examinée, sanctionnée et intégrée dans un processus assumé de sanction, de correction et d’amélioration à la fois humain, matériel et éthique.

Le MPDR rappelle, comme il a eu le dire et à le prouver aux chefs de mission diplomatique accrédités à Yaoundé avec lesquels des rencontres ont eu lieu, que les forces de défense et de sécurité camerounaises, ont atteint un niveau de professionnalisme admirable proche des meilleurs standards internationaux, dont témoigne par exemple et à suffire, la gestion de la journée des marches de l’opposition du 22 septembre 2020, où aucune victime n’a été déclarée, de même qu’aucune destruction significative sur l’ensemble du territoire national.

Le MPDR en appelle donc aux détracteurs de nos forces de défense et de sécurité, ainsi qu’à tous ceux qui jouent à tirer dans le dos des éléments sur le terrain, à faire preuve de la plus élémentaire des honnêtetés. Aucun Etat ne se privera ou ne fera négligence de ses devoirs de protection des biens et des personnes, par tous les moyens et par toutes les voies à sa disposition, y compris la collecte des renseignements dans des conditions, dont la maîtrise s’avère dans certains cas, assez difficile.

Le MPDR saisit cette occasion, pour condamner avec la plus lourde colère, l’enlèvement et l’assassinat de plusieurs dignitaires traditionnels dans la région du Sud-Ouest par des individus sans foi ni loi. Ces actes criminels se situent très loin au-delà, d’éventuelles exigences et demandes nobles et légitimes de bonne gouvernance, de justice sociale et de meilleures répartitions des richesses nationales par les populations.

Le MPDR adresse ses condoléances aux populations ainsi éprouvées qui ont assisté impuissantes, à ce crime odieux soutenus et défendus explicitement ou implicitement, par des forces obscurantistes, des politiciens égarés et des organisations ou puissances internationales aveuglées par la haine.

Le MPDR réitère sa sincère et profonde conviction selon laquelle, seul un dialogue franc et honnête impliquant des acteurs de bonne foi, est susceptible de mettre fin à la crise et de conduire subséquemment à une véritable réconciliation nationale.

Le MPDR insiste enfin, sur le fait que ce sont ceux qui ont pris les armes contre les institutions républicaines, qui doivent au préalable les déposer, et s’affranchir des instincts de violence, de la haine, des assassinats, des enlèvements et de la divagation afin d’être qualifiés pour le dialogue.

Le MPDR exprime sa solidarité avec toutes les populations innocentes du Nord-Ouest et du Sud-Ouest, victimes de l’aveuglement, de l’avidité et des ambitions irréalistes et décalées par rapport aux réalités, d’une élite expatriée et d’une élite retraitée, en totale rupture par rapport à leurs justes attentes.

Le MPDR recommande au Gouvernement de la République, aux citoyennes et aux citoyens, aux vrais amis de notre pays, aux ministres du culte et aux dignitaires traditionnels de même qu’aux élites d’ici et d’ailleurs, de maintenir le cap de la recherche de solutions pacifiques à la crise, de ne ménager aucun effort pour cultiver la tolérance et le pardon, d’avoir le sens de l’humilité et du nécessaire rassemblement, pour le salut de la paix dès demain, dès après demain, la paix finalement./.

Le Président, Médiateur Universel

SHANDA TONME .

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar