Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Selon des sources concordantes, Elizabeth Regina Mundi, sénatrice du parti au pouvoir, le RDPC, a été enlevée par des combattants séparatistes des Ambazonia Defence Forces, a-t-on appris, ce lundi 02 mai 2022. Dans des vidéos, les ravisseurs exigent la libération de 75 prisonniers de la cause séparatiste.

La sénatrice du Rassemblement Démocratique du Peuple Camerounais (RDPC), a été enlevée ce samedi 30 avril 2022 à Bamenda, capitale régionale du Nord-ouest. « Au moment de son rapt, elle était en compagnie de son chauffeur, lui aussi enlevé à bord de leur véhicule », a indiqué le Gouverneur de la région. Dans des propos rapportés par l’agence Anadolu, Adolphe Lele Lafrique a annoncé des recherches en cours pour retrouver les otages et les libérer.

Plus tard dans la journée, l’enlèvement de la sénatrice Regina Mundi a été revendiqué par des membres de l’Ambazonia Defence Forces (ADF), groupe séparatiste, dirigé par l’activiste Ayaba Cho Lucas, en exil.

Samedi soir, la sénatrice du parti au pouvoir a été aperçue dans une vidéo diffusée sur Internet. Sous la contrainte, Regina Mundi lit un texte en anglais, réclamant notamment l’indépendance de la république fictive d’Ambazonie.

Échange de prisonniers

Les exigences de l’ADF ont été dévoilées dans une autre vidéo publiée dimanche par un certain Capo Daniel, présenté comme chef adjoint de la défense des ADF. « Pour que la sénatrice retrouve sa liberté, nous exigeons un échange des prisonniers. Le gouvernement camerounais doit au préalable libérer près de 75 séparatistes qui sont en prison », peut-on entendre dans la vidéo.

Pour rappel, ce n’est pas la première fois que les groupes armés séparatistes de la région s’en prennent à des parlementaires. Fin janvier déjà, le sénateur Henry Kemende Gamsey, a été assassiné à Bamenda par des hommes armés.

D’autres élus, fonctionnaires et représentants de l’autorité de l’Etat sont régulièrement pris pour cible dans les régions du Nord-ouest et du Sud-ouest, en proie à une grave crise sécuritaire depuis 2017, sous fond de revendications sécessionnistes.

Share:

Avatar

editor