Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

L’Armée camerounaise a neutralisé six miliciens sécessionnistes, dont un certain « General Try and See », qui terrorisaient la communauté Mbororo dans la région. Les combats ont eu lieu dans la soirée du lundi 25 avril 2022, au cours d’une opération militaire sur une base arrière des groupes armés, près de la localité de Ndu, dans le département du Donga Mantung.

Dans le Nord-ouest, des combats continuent d’opposer les Forces de Défense et de Sécurité aux groupes armés séparatistes. C’est dans ce contexte que s’inscrit le raid lancé, lundi soir, par l’Armée camerounaise contre repère de miliciens dirigés par le fameux « General Try and See » à Ndu, dans le Donga Mantung.

« C’était une opération de nettoyage. La région avait souffert des atrocités commises par les séparatistes armés, et les civils en payaient le prix fort. Six séparatistes ont été tués pendant l’opération et un civil est malheureusement mort, tué par une balle perdue », a confié un responsable militaire à l’agence de presse Xinhua.

De sources concordantes, le « General Try and See » et ses hommes semaient la terreur dans la région depuis plusieurs années. De récentes vidéos circulant sur la toile les montre, brulant des habitations appartenant, selon des témoignages, à la communauté Mbororo installée dans la localité de Ndu.

« Génocide Mbororo » ?

De fait, ces éleveurs et commerçants nomades sont régulièrement pris pour cible dans les zones en conflit. Des associations locales de défense des droits humains ont répertorié de nombreuses attaques contre cette communauté depuis 2017. Les groupes armés opérant dans la région ont pris l’habitude de les exproprier et de s’emparer de leur bétail, après les avoir massacré.

Selon des chiffres transmis à l’ONG Amnesty International par des représentants de ladite communauté, 162 Mbororos ont été tués entre 2017 et 2021. Et ce, dans les sept départements de la Région du Nord-ouest. L’Association des victimes Mbororo de Ntambang parle, elle, de plus de 272 personnes tuées. Dénonçant un « génocide Mbororo ».

Dans le même temps, au moins 102 personnes ont été enlevées, contre le paiement de rançons qui s’élèveraient à plus de 20 millions de FCFA au total. Par ailleurs, plus de 300 habitations leur appartenant ont été incendiées par les miliciens. Mais aussi, 2 500 têtes de bétail saisies de force, au profit des combattants sécessionnistes.

Appels à la haine

Sur internet, dans les canaux de communication proches des groupes terroristes, des messages de haine se multiplient. Morceaux choisis rapportés par Amnesty International : « Ces gens (les Mbororos, ndlr) sont des immigrants et il semble que leur temps soit révolu. Plus tôt ils partiront, mieux ce sera. Ou ils paieront le prix comme tout autre citoyen de La République qui habite le Cameroun méridional. Tous autant qu’ils sont, s’ils ne veulent pas partir, ils mourront. »

Share:

Avatar

editor