Plus de 48 heures après les élections présidentielles, un vent de guerre civile souffle sur le paysage socio-politique.

La ville de Toumoudi comme beaucoup d’autres villes Ivoirienne , a été le théâtre dimanche dernier, d’intenses magnifestations post-électorales entre les forces de maintien de l’ordre, et les protestataires anti-Ouattara.

À l’issue de ce bras de fer, le principal marché de la ville de même nom a été brûlé par les habitants de la ville éponyme en guise de contestation au troisième mandat du président Candidat Alassane OUATTARA. Le bilan de cet important brasier, sous chodron de cette crise post-électorale fait état d’environs 200 boutiques parties en flamme et 4 décès, conjugués à plusieurs dizaines de blessés.

Un jour plutôt, soit le 31 octobre, la ville de YAMOUSSOUKRO a connu un décor similaire, les usagers vivants de ce côté, ont réalisé des barricades en brique question de paralyser la circulation et d’empêcher le déroulement des échéances électorales.

Il s’impose une nécessité de souligner que le décor qui prévaut en ce moment en côte d’ivoire, nous ramène aux épisodes des guerres civiles de 2002 et 2010.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar