Le bilan de cas d’infection au COVID-19 en Afrique de l’Ouest établi le 17 Avril 2020 est de 4187 cas confirmés, 105 morts et 1111 guéris. Cependant, les chiffres au Sénégal pourraient encourager le monde à prendre plus de mesures, notamment, l’utilisation de l’hydroxy chloroquine pour améliorer l’état de santé des malades.

L’Afrique de l’Ouest n’est pas à l’abris du Coronavirus. Au contraire, le nombre de cas et de décès a considérablement augmenté. Environ 1000 personnes ont contacté le virus en une semaine. Le bilan s’élève désormais à 4187 cas confirmés, 105 morts et 1111 guéris. Au 11 Avril, il y’avait 3099 cas, 83 morts et 569 guéris. Des chiffres qui inquiètent tous les 15 pays membres de la CEDEAO ( Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) , ainsi que la communauté internationale.  Plusieurs pays ont néanmoins adopté des mesures drastiques, qui ne sembleraient pas être bénéfique pour tous. Le Sénégal par contre, parvient à tirer son épingle du jeu. Avec 342 cas confirmés de coronavirus, 198 guéris et 3 morts, plusieurs pays s’interrogent.

Dans un entretien accordé à RFI et France 24 depuis Dakar, le président sénégalais MACKY SALL, félicite l’usage de la chloroquine qui selon lui est très efficace pour traiter les patients infectés dans son pays. « Le traitement a un rôle à jouer dans ce taux. Je sais que nos professionnels de la médecine ont décidé accès rapidement de mettre en place un certain nombre de Protocol qui fait un débat ailleurs, en particulier l’utilisation de l’hydroxy chloroquine qui est combiné à l’azythromycine. Je pense que cela a aussi relativement joué », a-t-il affirmé.

Pour rappel le taux de guérison au Sénégal bat le record en Afrique et cela est plus tôt encourageant.  En effet, 3 semaines après la déclaration du premier cas d’infection, le pays a pris des mesures fortes. Il s’est isolé depuis le 20 Mars 2020, avec tous ses vols internationaux suspendus, tandis que la délivrance des autorisations spéciales de circuler sur l’étendue du territoire national a été suspendue jusqu’à nouvel ordre, sur fond d’état d’urgence et de couvre-feu, prolongés jusqu’au 4 mai. C’est d’ailleurs ce qu’explique le docteur Moussa SEYDI, infectiologue au centre des maladies infectieuses de l’hôpital Fann à Dakar :« D’abord, il y a eu des mesures fortes dès le départ concernant la fermeture des frontières, ce qui a empêché la multiplication des cas de Covid-19 importés. L’interdiction des grands rassemblements comme les prières du vendredi nous ont également permis de réduire d’emblée le flux de nouveaux cas. Ensuite, nous avons pris en charge les cas que nous avons eu de manière assez précoce. Dès le 19 mars, nous avons mis en place un protocole de prise en charge des patients les moins graves avec un traitement à l’hydroxychloroquine. Traitement sur lequel pour l’instant j’observe de bons résultats concernant la réduction de la charge virale ».

Les résultats observés au Sénégal, prouvent l’efficacité la chloroquine et l’hydroxychloroquine, il faut le redire. Pourtant ces médicaments, ont été l’objet d’un vif débat, même si l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a déclaré qu’il n’y avait pas de preuves formelles de leur efficacité. Depuis longtemps, les comprimés contenants de la chloroquine, ont été utilisés pour réduire la fièvre, l’inflammation et même le paludisme. Il n’y a dont rien à perdre en les adoptant officiellement, comme traitement du coronavirus, étant donné que ça ne fait de mal personne. Il peut tout simplement être prescrit sur ordonnance médicale.

Plus loin, un journaliste Spécialiste de la BBC ( British Broadcasting Corporation ) a mené sa propre enquête, il nous en dit plus : « La chloroquine semble bloquer le coronavirus, selon des études menées en laboratoire. Il y a des preuves anecdotiques de médecins qui disent qu’elle semble efficace » déclare James GALLAGHER. Ceci devrait être pris en compte, dans un contexte où le bilan mondial devient plus alarmant, avec plus de 2 millions de cas dans le monde, et environ 150 000 décès. Toutefois, Donal TRUMP affirme : « il faut s’attendre au pire », mais à quoi bon attendre le pire, si la chloroquine peut redonner le sourire ?  

Share:

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.