L’identité des jeunes garçons, 9 et 10 ans environ n’est pas encore connue. Les sources révèlent qu’ils seraient morts par noyade. 

Le lac municipal de Yaoundé, vient d’avaler deux jeunes garçons. D’après les témoignages, c’est autour de 16h le 2 Février 2020, que deux garçons, âgés entre 9 et 15 ans se sont noyés. Un corps a été repêché, et les recherches se poursuivent pour essayer de trouver l’autre corps. Leurs identifications formelles n’ont pas encore été effectuées.

Le Premier Ministre Joseph DION NGUTE est sorti de sa résidence

Sur les hurlements des populations, le premier Ministre DJION NGUTE est sorti de sa résidence, pour constater les faits. « Un corps sans vie repêché hier des eaux du lac municipal de Yaoundé. Deux garçons âgés de 9 et 15 ans se sont noyés aux environs de 16h. L’autre corps était encore recherché. Le Premier Ministre Joseph DION NGUTE est sorti de sa résidence, voisine dudit lac », a tweeté CRTV web. 

La dépouille de Cédric MOMO

Le nombre de morts par noyade se multiplie ces derniers mois. En Novembre 2019, le corps d’un étudiant a été retrouvé dans les eaux du Mfoundi : Cédric MOMO, étudiant en 7ème année à l’Institut supérieur de technologie médicale de Yaoundé (ISTM). Sa dépouille a été faite après trois jours de recherches. « Cédric est sorti de la maison dimanche soir. Il était d’abord accompagné par son oncle. Après une soirée bien arrosée, ils ont décidé de regagner la maison. Mais Cédric est ressorti plus tard pour aller rencontrer ses amis. Ils se sont ainsi retrouvés dans un snack bar, situé au quartier Mvog-Mbi. Lorsqu’il a décidé de regagner la maison, à une heure tardive, deux bandits se sont mis à le poursuivre, Jusqu’à ce qu’on nous annonce aujourd’hui la découverte de son corps dans les eaux », raconte une source.

Une autre découverte dans le lac municipal

Le 10 Juin 2019, une autre découverte macabre, toujours dans le lac municipal. Selon les sources, la victime aurait été agressée : « Je ne savais pas ce qui se passait de l’autre côté du lac, c’est lorsque j’ai vu les sapeurs-pompiers que je suis allé jeter un coup d’œil question de voir ce qui se passe. J’ai vu que c’était le corps inerte d’un homme qui avait déjà été bien noyé. Ce dernier avait une plaie béante au niveau de la tête et nous n’avons pas pu l’identifier », témoignait un cordonnier installé près du lac dans les colonnes du journal le Messager.

Un mort n’a pas de langue

Des drames, il y’en auront toujours. Mais la chose difficile à faire, c’est de retracer les faits qui conduisent à ces derniers.  Des enquêtes qui chaque fois restent ouvertes, ne se referment jamais. Etant donné qu’un mort n’a pas de langue, les choses demeurent en suspension, et les auteurs des crimes se glorifient.

Share:

7 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.