Christophe Guilhou, ambassadeur de France au Cameroun : “Mettre un terme au conflit”
Révulsé par le massacre d’enfants dans une école à Kumba ce matin [Ndlr samedi matin], je condamne cet acte barbare avec la plus grande fermeté. Ses auteurs devront être traduits en justice et condamnés. Tous les efforts doivent être désormais réunis pour mettre un terme au conflit dans le Nord-Ouest et le Sud-Ouest.

Denis Emilien Atangana, homme politique : “J’ai le coeur meurtri”
J’ai le coeur meurtri depuis quelques heures suite à l’attaque violente dans un établissement d’enseignement secondaire à Kumba.En effet, de jeunes camerounais qui voulaient juste recevoir une éducation, de jeunes camerounais qui voulaient être des hommes demain grâce à l’éducation, de jeunes camerounais innocents ont été violemment abattus par des personnes non identifiées, mais tout laisse à croire qu’il s’agit des personnes qui se font appeler ambazoniens.

Par ma voix, le Fdc condamne avec la dernière énergie cette attaque meurtrière qui plonge une fois de plus des familles dans le malheur. A juste trois semaines de la reprise des cours, ceci est inacceptable et nous appelons une fois de plus le gouvernement à prendre ses responsabilités. Vouloir laisser croire que tout va bien est un véritable mensonge pour la population.

Jean Michel Nintcheu, député : “Horreur et consternation”
Au delà de Kumba, c’est notre pays tout entier qui vient d’être frappé par un acte d’une barbarie épouvantable contre la Mother Francisca international Academy, une école qui représente un des biens les plus précieux de la République : l’éducation. Horreur et consternation pour ce massacre et solidarité totale avec les familles des victimes innocentes en ce moment terrible. Comment une telle abomination a-t-elle pu se produire en plein centre de la ville Kumba alors que le régime de Yaoundé a depuis près d’un mois donné les assurances que la sécurité allait être garantie pour le retour des élèves à l’école dans les deux régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest ?

De ce manquement qui a transformé les élèves en boucliers humains, la responsabilité de ce régime est formellement établie. Pour ce qui concerne la culpabilité, seule une enquête impartiale et indépendante pourra permettre de démêler l’écheveau. Cette horreur n’est pas seulement une attaque contre la vie des innocents. Elle représente une attaque brutale et inhumaine que rien ne peut justifier contre l’école.

Felix Agbor Nkongho Bala, président Chrda : “Le droit à la vie violé”
Nous condamnons avec la dernière énergie la tuerie des enfants à l’école Mother Francisca international Bilingual academy à Kumba. Ces tueries barbares constituent une grave violation au droit à la vie. Il est inacceptable que les hommes armés procèdent à ce genre de barbarie. Les auteurs de ces actes barbares doivent répondre de leurs actes et il est urgent que tout soit mis en oeuvre pour que cette guerre prenne fin. Le Centre des droits de l’homme et de la démocratie en Afrique (Chrda) adresse ses sincères condoléances à toutes les familles éplorées.

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar