Contact

143, rue 1695 Ngousso Hopital général, Face EIforce. BP 14674, Yaoundé, Cameroun

disponible 24/ 7.

Ces matières premières sont disponibles en fonction du temps et de la saison.

Chaque vivre frais a sa période de semence et de récolte. A cet effet il est parfois impossible de les trouver dans les marchés au même moment. Vers la fin de la saison des pluies, certains légumes ou vivre frais sont rares parce qu’ils poussent encore dans les champs. D’autres deviennent plus coûteux que d’habitude à cause des conditions dans lesquelles les revendeuses (Bayam Selam) s’en procurent. Ingrid, vendeuse d’okok au petit marché d’Odza, nous éclaire à ce sujet : « Actuellement l’okok est cher à cause des pluies. Il y en a vraiment en brousse mais les bestioles et les insectes m’empêchent de travailler. Ce qui fait que je coupe le peu que je peux couper et je viens vendre » dit-elle.

Nadine qui par contre, vend les feuilles de manioc vulgairement appelées “Kpwem”, prend la période des pluies comme une occasion de faire produire sa semence : « Quand il pleut mon kpwem est vivant, ses feuilles sont toutes vertes et fraîches et il se produit en grande quantité. Contrairement à quand nous sommes en saison sèche où rien vraiment. Ces temps je fais le paquet à 300 FCFA mais après les pluies le prix va monter à 500 FCFA »

Alors, les pluies sont avantageuses pour certaines et pas pour d’autres. Les amoureux des légumes savent désormais vers qui se diriger et à quelle saison pour satisfaire leur appétit.

 Par Ariane D’avila EKOTO, stagiaire

Share: