Le feuilleton juridico-politique entre le port autonome de Douala et l’armateur Français Vincent Bolloré vient de connaître à la surprise générale, un autre rebondissement.

Dans une ordonnance publiée le 10 novembre 2020, la cour internationale arbitrale du commerce a donné gain de cause aux deux logisticiens qui ont géré pendant plus d’une décennie le terminal à compteneur du port de Douala.

Il faut préciser que cette décision du tribunal arbitral de Paris viendra réouvrir cette saga portuaire qui a débuté en 2018.

 

Le flux rss de camer.be

Share:

Avatar